Test de l’enceinte Klipsch The One

La marque Klipsch a une vraie histoire liée à la musique, son créateur Paul W. Klipsch est un pionnier de l’audio qui a inventé entre autre le Klipschorn, un modèle qui est le seul à avoir été produit en continu depuis 60 ans et qui est toujours vendu aujourd’hui, avec très peu de variations par rapport au modèle initial. Le principe de Klipsch, c’est no bullshit, un son sans compromis et surtout sans modifications articielles.

J’ai eu l’occasion de tester quelques semaines chez moi l’enceinte The One de Klipsch de la gamme Heritage Wireless. Voici mes impressions !

Au premier abord, c’est le design qui frappe, l’enceinte possède un coffre en bois de qualité avec des éléments en cuivre. Le mélange des deux est un régal pour les yeux. Comme tous les produits de la gamme Klipsch Heritage Wireless, elle possède un design rétro mais fait aussi moderne, bref c’est très réussi. L’enceinte se fond dans n’importe quel environnement et déco. Pratique : elle possède 2 pieds en bois, pour la poser presque n’importe où.

La seconde claque arrive quand on lance une musique, le son est très bon et étonnamment puissant même à volume bas. En poussant le volume, le son reste toujours bien équilibré et délivre une sacrée puissance pour une enceinte de cette taille ! J’ai testé cette enceinte dans plein d’endroits et elle est à l’aise qu’importe la configuration. Évidemment on ne va pas animer une rave party avec mais une soirée chez soi aucun problème. Dans une petite pièce, pousser le son à fond revient à devenir sourd rapidement (mais pour sa musique favorite on peut se faire un petit kif), dans une salle moyenne ça ambiance largement. Ce qui frappe c’est la spatialisation du son, l’enceinte s’approprie la pièce et diffuse généreusement le son.

Niveau connectique c’est basique, prise mini-jack et Bluetooth. C’est léger mais largement suffisant dans beaucoup de config. Pour une utilisation plus sédentaire, il manque le port usb pour connecter à un ordinateur (et pourquoi pas recharger dehors), mais aussi le Wi-Fi pour un utilisation multi-room ainsi que des connecteurs RCA stéréo (une entrée de ligne standard, qui avec un commutateur permet entre autre de brancher directement un platine vinyle. Ces défauts sont d’ailleurs tous gommés dans l’enceinte Klipsch The Three, moins nomade mais plus complète.

Sur le dessus, The One possède 2 boutons à tourner, un pour le volume, l’autre pour switcher de Bluetooth à prise mini-jack. Elle dispose aussi d’un interrupteur pour allumer ou éteindre l’enceinte. Ces boutons et interrupteur sont classes, tout en cuivre. Les dimensions de l’enceinte sont de 32,2 x 15,56 x 13,3 cm pour un poids de 3,86 kg. Elle est trop grande pour rentrer dans un sac à main, mais elle est tout de même nomade. The One dispose d’une batterie qui permet de jouer des heures sans branchement électrique. Je l’ai testée une après-midi en extérieur en fond sonore (son à 20%) et elle a tenu toute l’après-midi. C’est appréciable. L’autonomie annoncée est de 8 heures max. Pour le domicile, l’enceinte se branche en filaire à la prise de courant. Il n’y a pas de port usb ce qui empêche de la recharger avec une batterie externe en extérieur, dommage ça aurait pu être un plus. 

Pour la partie technique, cette enceinte Bluetooth 4.0 à codec aptX (un des meilleurs) possède un vrai système audio stéréo 2.1. Elle est composée de 2 haut-parleurs large bande de 57 mm de diamètre et d’un haut-parleur pour les grave de 114 mm de diamètre. The One possède une puissance de 30 Watts, le son est clair et les basses sont très bonnes, voire surprenantes pour un engin de cette taille sans aller dans l’excès de la marque Beats Audio. Pour les pros, la pression acoustique max est de 103 dB et la réponse en fréquence est de 56 Hz ~ 20 kHz @ -3 dB.

Niveau tarif, elle se situe à 349€. Ce qui peut faire cher pour une enceinte nomade mais là vous payez la qualité du son et de la fabrication ainsi que la beauté du design, il y a pire ! Je vais être triste le jour où je vais la rendre, hélas ce n’est qu’un test 🙂 Elle existe en 2 coloris, j’ai testé celle en noyer et l’autre est en ébène :

Au final, j’ai adoré le style rétro vintage tellement classe de cette enceinte Klipsch The One qui possède des matériaux nobles (bois et cuivre) mais aussi un son très agréable voire surprenant pour une enceinte de cette taille. Pas besoin de réglage, le son est impeccable autant en aigus, médiums ou graves. Dotée d’une bonne batterie, elle tient des heures durant et indéfiniment dans un salon branchée au courant. Un atout de charme à n’importe quelle pièce.

Note 4,5/5

Les points forts

  • Un style vintage magnifique
  • Un son puissant mais équilibré
  • Connectivité Bluetooth 4.0 avec codec aptX
  • Batterie de 8h d’autonomie

Les points faibles

  • Pas pour toutes les bourses
  • Pas de wi-fi (pour un système multi-room) ni RCA.

 

Mon utilisation favorite c’est sur mon canapé, branchée au secteur et mini-jack sur le Gramofon, un boitier en Wi-Fi et avec Spotify intégré

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.