[Critique Ciné] Gemini Man

Il y aura un avant et un après Gemini Man. Pas que ce film soit le film du siècle mais c’est le premier film d’envergure à avoir été tourné en 120 images par seconde. Ça peut paraître anecdotique mais ce format change la donne ! Je vous invite à lire mon article sur le HFR / 3D+ et pourquoi c’est la prochaine révolution ! 

J’ai eu la chance de le voir en 3D+ 120 images par seconde (fps), dans une salle Dolby Cinema (image HDR Dolby Vision et son Dolby Atmos), autant dire que les conditions étaient plus qu’optimales ! Voici ma critique de Gemini Man d’Ang Lee :

Henry Brogan, un tueur professionnel, est soudainement pris pour cible et poursuivi par un mystérieux et jeune agent qui peut prédire chacun de ses mouvements.

Ce n’est pas un spoil, ça se voit dès l’affiche mais Will Smith poursuivi par un double jeune de lui, c’est d’emblée assez original et en même temps casse-gueule. Cela requiert une technologie au point et beaucoup de travail pour rendre ça crédible et pas trop uncanny valley. (Les doubles numériques en gros plan, malaise depuis toujours au cinéma.)

Le réalisateur Ang Lee (qu’on ne présente plus mais quand même Tigre et dragon, L’odyssée de Pi…) était conscient des problèmes inhérents à la 3D et au cinéma numérique en général, il a suivi la voie à peine tracée par Peter Jackson qui a filmé la trilogie Hobbit en 48 fps.

120 fps, qu’est-ce que ça change ?

Le cinéma autre fois limité à 24 fps avait comme inconvénient un flou de mouvement, dès qu’il y avait de l’action. En multipliant par 5 la fréquence d’image par seconde, Ang Lee nous propose un film aux scènes d’action ultra-réalistes, avec un flou inexistant et donc une bien meilleure lisibilité de l’action mais aussi une fluidité exceptionnelle. Comme tout est net, les arrière-plans sont bien plus visibles avec une profondeur de champ bien meilleure. Tout cela peut paraître étrange au début car c’est une nouvelle grammaire du cinéma, il faut s’habituer à cette révolution. La 3D est bien plus fluide, fini l’effet stroboscope, la 3D est lumineuse, bien plus agréable.

J’ai pris une claque monumentale dans les scènes d’actions, elles sont impressionnantes techniquement ! La maestria d’Ang Lee pour balader sa caméra au cœur de l’action alliée aux 120 fps donnent l’impression d’être témoin de la scène et pas seulement spectateur dans une salle de cinéma. C’est comme si une fenêtre était ouverte sur les événements.

Concernant le double numérique de Will Smith, j’ai été bluffé par moment, car c’est dans l’ensemble très convaincant et même surprenant de revoir Will Smith avec sa tête du Prince de Bel Air se battre avec le Will de maintenant (qui a la forme à 51 ans ) Les doubles numériques sont souvent malaisants surtout en gros plan. Ici Ang Lee ne se refuse rien en proposant des gros plans en plein lumière, des scènes où les 2 sont sur le même plan, pour un résultat réussi sauf étrangement lors d’une scène vers la fin où j’étais en pleine uncanny valley et j’ai trouvé sa tête ratée.

Le double numérique est convaincant car les techniques utilisées dans Gemini Man sont au point et beaucoup de travail a été fait pour rendre ça crédible. Mais les 120 fps de la 3D+ améliorent le rendu de l’image de synthèse en la rendant plus fluide et donc plus réaliste.

Le HFR /3D+ n’a pas que des avantages, voici les défauts que j’ai trouvé pour le moment, qui je pense se corrigeront si tout le monde apprend à tourner avec cette technologie :

Comme tout est plus lumineux, la photographie du film est plus compliquée, les arrières plans doivent être plus travaillés alors qu’avant une simple lumière sur du flou ça passait. Mal utilisé ça peut ressembler à un épisode de Plus Belle La Vie. C’est une critique du HFR qui revient souvent, ça fait trop réaliste, plus vraiment cinéma. Mais c’est aussi car les fonds verts se voient plus, à la manière des imperfections de peau qui sont apparues avec la HD.

Techniquement ça tue mais quid des qualités intrinsèques du film ?

Je suis ressorti de la projection avec un avis mitigé. D’un côté je suis ravi de voir un film aussi abouti techniquement, qui augure du meilleur pour le futur du cinéma et de l’autre ce qu’il propose se conclut trop rapidement et est assez oubliable en dehors de 2-3 scènes d’actions dingues (la poursuite en moto et la fusillade au mini-gun sulfateuse qui justifie à elle seule la 3D !). J’ai l’impression que Gemini Man effleure seulement quelques possibilités de cette histoire de double et propose du convenu, qui plaira malgré tout au grand public. Will Smith est très bon, son double aussi, l’actrice principale (Mary Elizabeth Winstead) joue bien mais Clive Owen en méchant c’est raté.

Finalement, j’ai pris une claque technique monumentale, ce qui augure d’un avenir radieux si le cinéma laisse derrière lui le 24 images par seconde et apprend à maîtriser. Mais Gemini Man n’est pas aussi mémorable que les prouesses qu’il a accomplies. Cela reste un bon divertissement. Courrez le voir en 3D+, 120 au mieux sinon 60fps mais surtout pas en 2D 24 fps. Je vous aurais prévenu.

 

Date de sortie: 2 octobre 2019
Durée : 1h 57min
De : Ang Lee
Avec : Will Smith, Mary Elizabeth Winstead, Clive Owen

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.