Test de Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle

J’ai pris le jeu sur Micromania car ils avaient le bonus exclusif avec les 4 pin’s lapins crétins.

L’idée d’un crossover (mélange d’univers et de personnages) entre le monde mignon et coloré d’un Mario et celui complètement barré et loufoques des lapins crétins paraissait totalement saugrenu, limite dérangeant voire un brin opportuniste. Après avoir vu le style de jeu -à savoir un tactical- et avoir pu tester le jeu lors d’une démo post E3, j’étais plutôt emballé, j’avais hâte de jouer au jeu final. Que vaut ce jeu, un simple tactical pour enfants ou une très bonne surprise ? Réponse dans mon test ci-dessous :

Une de mes craintes avec l’univers des lapins crétins était que ces gentils débiles ne s’intègrent pas dans l’univers de Mario et fassent tache. Première surprise, l’univers du jeu est étonnamment cohérent en termes de direction artistique, personnages et décors. C’est même un des plus beaux jeux de la Switch ! Le monde de Mario est transformé, avec plus ou moins bon goût, mais d’une manière crédible. Les blagues pipi-caca des Lapins crétins sont bien sûr présentes mais discrètement, ce sont plutôt des clins d’oeil telles les toilettes géantes avec un canard dessus ou Bill le bourrin avec un slip sur la tête 🙂 Cela reste bon enfant et pas inutilement débile.

Visuellement c’est chatoyant, c’est joli et coloré, avec des décors variés et très Mario (herbe, sable, neige, lave…). Le jeu est très beau et utilise intelligemment une astuce déjà utilisée pour les God Of War, à savoir une caméra souvent fixe (qu’il est possible de faire pivoter parfois) mais aussi une vue du dessus/ trois-quart qui permet de limiter le champ visuel. Quand on aperçoit le décor très lointain, c’est flouté efficacement. Que ce soit en mode portable ou sur la télé, le jeu rend très bien et est assez fluide, pas de pertes de frame-rates.

Le jeu alterne entre 2 phases, la première d’exploration qui se résume à trouver des passages secrets (et des niveaux secrets) et à résoudre des énigmes assez simples au début (pousser un bloc) pour arriver à proposer une légère réflexion sur certaines vers la fin. C’est d’ailleurs assez étonnant au début de ne pas diriger Mario mais l’entité électronique Beep O. Cette phase d’exploration sert de prétexte pour rythmer la seconde phase qui est celle des missions et c’est plutôt réussi, on ne s’ennuie pas. La réussite d’une mission dépend de son type, les classiques sont des affrontements où il faut battre tous les ennemis (ou parfois battre un certain nombre), mais il existe aussi un type de missions où le but est qu’un des membres de l’équipe atteigne une zone (en passant devant pas mal d’ennemis et donc une vraie stratégie à adopter en plus du chemin à choisir). Une variante consiste à avoir un 4ème perso qui ne peut pas se battre et se déplace sur peu de cases. Il s’agit de le faire franchir la zone d’arrivée, tout en le protégeant un max avec le reste de l’équipe.

Le principe du jeu est simple, nous sommes devant un tactical au tour par tour. Ce genre de jeu ressemble à un jeu d’échec, avec chaque pion qui avance et fait une action tout seul. Ici nous dirigeons Mario et les lapins crétins en premier puis les ennemis jouent ensuite. A la différence des échecs, le tactical permet plusieurs actions. Tout d’abord le déplacement. Il est limité de 5 à 6 cases selon les personnages que l’on prend. Cela permet de se cacher des futurs tirs ennemis, de trouver une position avantageuse (en hauteur par ex) pour tirer sur l’ennemi. Cela permet aussi de tacler l’ennemi (et donc de lui occasionner des dégâts), ce qui est très pratique pour « achever » des ennemis faibles sans gâcher un tir. Il est aussi possible de prendre appui sur un ami pour sauter plus loin (ou retomber sur un ennemi, voire faire une charge au sol comme Yoshi) Le monde champignon regorge aussi de tuyaux très utiles pour progresser dans le niveau sans utiliser toutes ses cases. Très rapidement on se prend à la jouer tactique, en usant de toutes les possibilités du déplacement, par ex : Mario avance de quelques cases puis rentre dans un tuyau, tacle un ennemi, rentre dans un autre tuyau pour ensuite prendre appui sur un ami et sauter sur une plateforme en hauteur pour enfin déclencher le tir.

Parmi les actions possibles, il y a ensuite le tir. Chaque perso peut avoir 2 types d’arme pour réaliser un tir. La première est toujours un tir direct, qui peut être évité si l’ennemi est derrière un mur par ex. La seconde arme dépend de chaque perso, pour certains c’est un marteau qui obligera à s’approcher très près de l’ennemi pour lui faire plus de dommages. Pour d’autres ce sera un petit véhicule télécommandé explosif qui ira vers sa cible directement ou en plusieurs tours si l’ennemi est loin. Enfin une autre arme permet de s’affranchir des murs, la grenade. Selon le placement et le type d’ennemi, il sera plus judicieux d’attaquer avec un personnage plutôt qu’un autre.

Dernière action possible, les compétences spéciales. Il est possible d’en déclencher une par tour mais elles mettent en général 3 tours à se recharger. Elles permettent à Lapin Peach de soigner son équipe ou de se protéger dans une bulle, à Mario de déclencher un tir supplémentaire en cas de déplacement de l’ennemi ou d’avoir plus de puissance pour lui et ses amis. A Lapin Luigi d’affaiblir ou de vampiriser ses ennemis en récupérant de la vie. Ces compétences sont la clé du succès, déclenchée au bon moment elles peuvent être décisives.

Pendant le jeu on ramasse des pièces et on peut trouver dans les coffres toutes sortes de récompenses à collectionner (musiques, persos…), en plus d’orbes de puissance. Les pièces servent à acheter des nouvelles armes. Et les Orbes servent à  étoffer son arbre de compétence. Celui de Mario + The Lapins Crétins: Kingdom Battle est plutôt simple et permet d’améliorer ses persos en leur offrant plus de vie, des nouveaux pouvoirs et surtout une amélioration de leurs stats (de mobilité, d’armement, de pouvoirs). Il est possible de tout débloquer avant le boss final, pour cela il faut réussir les missions avec le maximum de persos actifs et selon le nombre de tour défini. Si l’on met plus de tours pour terminer la partie et que seul un de nos perso reste, alors on aura moins de pièces et moins d’orbes. Heureusement il est possible grâce à la fameuse machine à laver à remonter le temps des lapins crétins de pouvoir refaire les missions pour améliorer son score et donc gagner plus de pièces et d’orbes.

Les personnages que l’on débloque au fur et à mesure permettent de varier l’aspect tactique selon la situation. Les ennemis du jeu sont aussi variés, des bêtes pions de base aux fantômes qui se téléportent en passant par les mastodontes qui s’énervent et vous écrasent si vous êtes trop près et les mastocs avec bouclier qui nécessitent qu’on les prennent à revers. Bref il y a de quoi faire et les tactiques sont forcément différentes selon les cas rencontrés. Les mini-boss sont plus loufoques les uns que les autres, avec une mention spéciale pour le fantôme de l’opéra !

Le jeu possède une durée de vie honorable, je dirais au moins 35-40 heures si comme moi vous persévérez sans céder au sirène du mode facile. D’ailleurs la difficulté du jeu est assez déroutante parfois, on roule sur la moitié du jeu quand d’un coup la difficulté monte d’un cran et les ennemis vous enchaînent. Certains passages sont assez balèzes, il faut refaire le niveau plusieurs fois pour trouver la stratégie qui permettra de s’en sortir sans trop y laisser de plumes. Après avoir terminé un monde, il est possible de trouver son niveau caché, ainsi que de faire des défis spécifiques comme battre tous les ennemis en un certain nombre de tours.. Au nombre de 10 par monde, ils ont de quoi rallonger un peu la durée de vie. En plus de ceux-ci, il y a des défis tellement hardcores (heureusement après la fin du jeu), comme celui où il faut battre tous les mini-boss du jeu.. C’est appréciable pour ceux qui recherchent du challenge ou même prolonger le jeu)

Au rayon des regrets, j’aurai bien aimé un mode versus où on s’affronte à armes égales (ou handicap réglable) avec un ami, en local ou même en ligne. Ici on ne peut que jouer en coop chacun son tour en commandant 2 persos..

Lecteurs parents, ce jeu utilise des armes mais je vous assure qu’il est absolument tout public. Par contre il peut être difficile pour les enfants mais heureusement chaque mission offre un mode facile qui permet de restaurer tous les points de vie de ses héros et de donner 50% de points de vie en plus. En tout cas le jeu n’est pas du tout sanglant, les armes ne semblent pas blesser les personnages, c’est très cartoon et les ennemis disparaissent tels des entités numériques.

Niveau musique, j’ai vraiment apprécié la partition de Grant Kirkhope (Banjo-Kazooie, DK 64 entre autres puis Yooka-Laylee), avec une musique orchestrale enjouée, contenant parfois des reprises des musiques de Mario.

 

Au final, ce Mario + The Lapins Crétins: Kingdom Battle est une très bonne surprise ! Un jeu agréable et frais, avec un gameplay tactique bien pensé, accessible et loin d’être juste une adaptation enfantine de XCOM. Doté de beaux graphismes et d’un rythme soutenu, je le conseille à tous les possesseurs de Switch. Seule la difficulté parfois abusive du titre pourrait en rebuter certains mais pour ceux-là l’option mode facile sauve la mise ! Ubisoft réalise un coup de maître avec un sujet et type de jeu pas évident, je suis certain qu’ils ne vont pas en rester là !

Note : 17/20

Points Forts :

  • Un vrai tactical accessible et fun
  • Un crossover surprenant mais réussi
  • Le bestiaire est loufoque et les mini-boss sont très réussis
  • Un des plus beaux jeux de la Switch
  • Une direction artistique au top, de belles animations
  • La musique orchestrale de qualité

Points Faibles :

  • Pas de vrai mode versus
  • Une difficulté inégale
  • Les puzzles enfantins

 

Retrouvez ce jeu sur Micromania.fr : le pack avec les 4 pin’s exclusifs est toujours disponible ! 
Pour cela il faut juste mettre le jeu dans le panier et les pin’s gratuits s’ajoutent.

 

A savoir : toutes les captures d’écran sont issues de ma Switch.
Je trouve que le rendu des images n’est pas aussi top que sur la télé ou sur l’écran de la Switch

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.