Test de Days Gone (PS4)

Plus de 2 mois après avoir essayé Days Gone pendant plus de 2h (voir ma preview), j’ai reçu le jeu il y a plus de 2 semaines (avec ce beau press kit) et j’ai pu passer beaucoup d’heures dessus, voici donc mon test sans spoiler !

Days Gone est le premier jeu PS4 de Bend Studio, qui ont fait plusieurs Siphon Filter ainsi que des jeux PSP et Vita intéressants dont Golden Abyss qui était une vraie réussite. Days Gone est un projet bien plus ambitieux, car le studio a voulu créer un open world survival, où l’on de déplace à moto, le tout avec des graphismes très réalistes. La tâche était ardue, le développement long et le moins que je puisse dire c’est que j’ai vraiment aimé ce jeu (bien plus que lors de la preview) malgré ces défauts liés en partie à un projet très (trop) ambitieux.

Visuellement le jeu est magnifique, les textures sont fines (même sur ma PS4 pas Pro), les effets de lumières ainsi que la gestion des éclairages, la météo dynamique avec la nature qui s’anime (les feuilles et les herbes bougent au vent..)

Ce qui m’impressionne, c’est le souci du détail, la moindre route abîmée, les barricades, même les maisons donnent vraiment l’impression d’avoir été habitées. Cela donne une cohérence et une crédibilité à l’ensemble. Les lieux sont reconnaissables après quelques passages, contrairement à tellement d’open world sans âme et cela montre la qualité des environnements.

Le mode photo est simple mais efficace. Par défaut il propose une ouverture de focale courte pour flouter l’arrière-plan, c’est une bonne idée pour un rendu effet bokeh. Toutes les photos qui illustrent ce test ont été prises avec ma PS4 classique. La distance d’affichage est très bonne et la carte en 3D est très utile (elle me fait penser à Horizon Zero Dawn)

Les personnages sont très détaillés, la peau est bien texturée, les animations sont réussies, avec une motion capture crédible.

Bref, le boulot abattu par Bend Studio est dingue, pas que pour un premier jeu PS4. Hélas, ce tableau technique presque parfait est entaché par de grosses chutes de frame rate, même à 30 images par secondes le jeu n’est pas fluide avec de gros ralentissement par moment, surtout en moto. J’ai joué avant et après la sortie du jeu (et du patch day one) et malgré quasiment un patch par jour, le jeu n’a pas totalement éradiqué (avec le patch 1.07) les soucis de fluidité sur PS4 pas Pro (je ne sais pas si la PS4 Pro s’en sort mieux)

C’est vraiment dommage car j’ai du plaisir à jouer au jeu, à me déplacer en moto partout mais cela saccade trop souvent pour laisser passer ça. Cela gâche une partie du plaisir et je ne suis pas sûr que ça s’arrangera (j’espère malgré tout).

Days Gone est un patchwork de beaucoup de bonnes idées vues dans d’autres jeux, le système de tir et cover est très Uncharted, beaucoup d’éléments font penser à TLOU (craft, infiltration..). Pour permettre des déplacements rapides, il faut d’abord détruire des nids infestés, une mécanique j’imagine inspirée de The Witcher 3. Le fait est que ce patchwork d’inspiration aurait pu créer un jeu bâtard, avec une trop forte impression de déjà-vu. C’est ce qui m’a semblé dans les premières heures mais le jeu a su digérer ses inspirations pour créer une aventure suffisamment variée et intéressante pour le joueur.

Se déplacer en moto est un plaisir, il faut constamment surveiller sa jauge d’essence et penser à se ravitailler pour ne pas tomber en panne sèche (ça m’est arrivé une fois j’ai dû rentrer en poussant ma moto, c’était galère. Mais au moins j’ai appris à faire attention et du coup je la jouais plus role play)

Comme dans beaucoup d’open-world, un des reproches niveau gameplay est de proposer trop souvent de buter tout le monde dans une zone. Heureusement de la variété apparaît avec des nids d’infecter à trouver dans une zone (parfois c’est dur de découvrir l’endroit du nid) ou encore la possibilité jouissive d’affronter toute une horde d’infectés, source d’adrénaline.

Days Gone est un bon open-world, il le serait encore plus si je n’avais pas joué à Red Dead Redemption 2. En effet, le jeu regorge de vie mais ce sont souvent des monstres ou des animaux, sur ce plan c’est réussi, le hic concerne les humains qui sont en grande partie calqué sur les mêmes modèles. On ne peut parler à personne dans ce jeu en dehors d’une mission où le PNJ est clairement indiqué. Encore une fois le talent de Rockstar sur RDR2 avait permis de créer des interactions avec n’importe qui, mais surtout des phrases qui étaient variées et en rapport avec des événements actuels. J’ai pu remarquer plusieurs erreurs de scripts, des bugs et des incohérences qui sont légions dans les open-world mais qui cassent un peu l’immersion.

Un des points forts du jeu est l’écriture, avec des personnages intéressants loin des clichés. Il y a de nombreuses cinématiques dans Days Gone mais aucune ne m’a paru de trop. Sans arriver à la qualité d’un The Last Of Us, c’est réussi.

La durée de vie est exemplaire, avec beaucoup de quêtes annexes qui permettent de gagner de l’expérience pour dépenser des points de compétences. Cela sert pour améliorer considérablement son personnage, ce qui n’est pas de trop face aux « hordes » d’ennemis qui vont défiler. Sans spoiler, je trouve intéressant que le jeu continue après la fin du scénario (avec générique final), là où beaucoup de jeux proposent de revenir juste avant la bataille finale. Au lieu d’être une simple suite de missions, le scénario continue avec même des cinématiques.

Les musiques dans Days Gone sont bonnes mais une est vraiment marquante, tant elle glace le sang à chaque fois que les premières notes commences : la musique qui indique qu’une horde d’infectés n’est pas loin. Tomber nez à nez avec eux se solde au début par une fuite rapide sous peine de se faire submerger très rapidement par des centaines de monstres.

Lors de certaines cinématiques, des musiques chantées sont parfaitement dans l’ambiance et de qualité.

 

Au final, j’ai vraiment apprécié jouer à Days Gone et je n’ai pas vu les heures passer. Sans atteindre la qualité d’un The Last Of Us ou d’un Red Dead Redemption 2, Days Gone propose un patchwork réussi de ce qu’il se fait de mieux dans les open-worlds modernes. Hélas les problèmes de fluidité du jeu entachent ce tableau et gâchent un peu le plaisir de se déplacer en moto. Je retiendrais des personnages attachants, un scénario intéressant à suivre pour une aventure imparfaite mais plaisante.

Note : 4/5

Les plus

  • Visuellement magnifique
  • Scénario intéressant
  • Personnages réussis
  • Le plaisir de se balader en moto
  • Très bonne durée de vie
  • Le sentiment de puissance vers la fin du jeu
  • Les musiques remarquables
  • Chasser les nids d’infectés
  • Affronter une horde

Les moins

  • De grosses saccades en moto
  • Des bugs et incohérences qui cassent l’immersion

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.