[Gamescom 2018] Mes coups de coeur

Cette année la Gamescom était riche en jeu indé passionnants mais aussi des futurs hits prometteurs. Voici mes coups de coeur du salon :

  • Dying Light 2

J’ai pu tester Dying Light : Bad Blood. C’est cool, dans la veine du premier (survival fps /parkour). Le mode jouable sur le salon est un battle royale différent car il faut d’abord récupérer du sérum sur des œufs gardés par des zombies. Et si on croise un joueur, c’est la baston ou la fuite. Sur certains oeufs c’est facile car un seul zombie léger le garde mais sur la plupart ils sont une bande de 5-6 avec un gros costaud qui fait très mal. Mon astuce était de défoncer les petits, d’attirer le gros balèze dans un coin puis de courrir récupérer le sérum sans l’affronter. C’est sympa comme mode car ça change des Battle Royale où la moitié se planque et l’autre ne cherche que l’affrontement. Ici, si on n’a pas sa dose de sérum, adieu l’hélicoptère. J’ai d’ailleurs réussi à finir premier de ma partie et être récupéré par l’hélico, du coup j’ai eu droit au tee shirt sur le show floor \o/ J’avais assez de sérum, j’ai buté 2 adversaires que j’avais croisé et là c’était l’affrontement final sur le lieu de l’atterrissage entre l’avant-dernier joueur et moi, heureusement j’avais un bon équipement et je l’ai vu arriver. C’était grisant ! J’ai bien sûr hâte d’essayer le jeu solo qui est prometteur.

  • The Sinking City

Le jeu de Frogwares se situe dans les années 20, The Sinking City est un jeu d’action et d’investigation en monde ouvert inspiré par l’œuvre de H.P. Lovecraft. Voici le synopsis : « Le joueur incarne Charles, un détective privé, qui arrive à Oakmont, Massachusetts, afin d’enquêter sur l’origine d’une inondation surnaturelle sans précédent. Dans cette atmosphère glauque et pesante, le joueur doit découvrir la source de ce qui a pris possession de la cité et des esprits de ses habitants. »

J’ai été agréablement surpris par ce jeu à l’ambiance volontairement Lovecraftienne : une ville à moitié inondée, un personnage principal qui devient fou et de l’exploration open-world. Visuellement c’est joli, la modélisation des visages est très propre. J’ai juste quelques appréhensions sur la difficulté qui ressemble à un point&click parfois. En effet dans la démo il a fallu que je trouve des éléments que je n’aurais pas trouvé en 2h de jeu si le dev ne m’avait pas mis sur la voie.

Voici la vidéo de gameplay avec la même enquête que celle que j’ai faite :

The Sinking City sort le 21 mars 2019 sur PC, PS4 et Xbox One.

Voici d’ailleurs une statuette qui était sur le stand, qui pourrait bien être celle du collector :

  • Sekiro: Shadows Die Twice

C’est le nouveau From Software (Dark Souls) et le jeu me rappelle tellement Tenchu en plus action, plus coloré et plus dur. Déjà le jeu est assez beau et bien moins sombre qu’un Dark Souls. On utilise son grappin pour monter sur les toits et buter ses victimes d’un seul coup. Et il vaut mieux car la difficulté est au rendez-vous : le premier mini-boss du jeu en a calmé plus d’un et d’ailleurs en discutant avec des collègues blogueurs qui ont fait la démo, ils se sont tous arrêté là. Person ça m’a saoulé je voulais en voir plus et j’ai tracé ma route, bien m’en a pris car ce mini-boss, ainsi que beaucoup d’ennemis, sont facultatifs et j’ai pu sauvegarder plus loin. Il y a d’ailleurs une séquence qui m’a vraiment marquée avec un truc géant, c’était ouf (no spoil!)

Un jeu très prometteur mais où il faudra de la rigueur pour avancer !

  •  Ape Out

Je suis passé chez Devolver Digital qui avait un stand cool façon feu de camp pour jouer à plusieurs jeux. Hélas je n’ai pas pu jouer à My friend Pedro qui a l’air tellement cool (malgré mon insistance). Mais j’ai pu tester un jeu qui intriguait depuis un bail : Ape Out.

Ape Out est développé par une seule personne (avec plusieurs freelances qui interviennent évidemment comme dans beaucoup de jeux indés : musique, graphisme..), Gabe Cuzzillo qui était présent à la Gamescom pour me présenter son jeu. Ape Out est un twin stick top-down game (jeu avec vue du dessus qui se joue essentiellement avec les 2 sticks) un jeu minimaliste, des décors au gameplay. En effet les décors avec des textures qui semblent vivantes sont plus que minimalistes mais c’est un des intérêts du jeu, on reconnaît parfaitement les environnements (bureaux, vitres..) et on va droit au but. Pareil au niveau des actions, c’est très simple : se déplacer avec le stick gauche, frapper avec la gâchette dans la direction du stick droit et c’est tout ! Le truc c’est que ce n’est pas si facile, le gorille qui doit s’échapper de chaque niveau n’est pas armé, contrairement à tous les ennemis et 2 balles suffisent pour le tuer et repartir au tout début de chaque niveau ! En plus les niveaux sont générés procéduralement, ce qui fait qu’ils sont légèrement différents à chaque run. Il faut donc se planquer, montrer sa tête au bon moment pour attirer l’ennemi (quand il ne vous prend pas à revers dans les niveaux suivants) et l’exploser d’un coup de pattes ! Il me fait penser à Hotline Miami quand on est à main nue, ce qui est un vrai compliment pour moi. Le jeu paraît vraiment basique mais la musique synchronisée avec les coups, le style du jeu et la variété des ennemis en font un jeu addictif que j’attends vraiment. Accessible mais de plus en plus dur, Ape Out est une excellente surprise.

A très vite pour mes autres impressions !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.