[Critique Ciné] Ready Player One

Spielberg est le réalisateur de plusieurs gros blockbusters qui ont marqué Hollywood (ai-je besoin de rappeler Jurassic Park?) mais aussi de films plus intimistes. A 72 ans, il aurait été facile pour lui de se reposer sur ses lauriers, de faire le film de trop ou de prendre sa retraite.

Son dernier film est ambitieux et casse-gueule, car le sujet est très orienté réalité virtuelle et plusieurs films se sont cassés les dents. Je trouve le titre assez générique, voir caricatural (vous appelez ça comment? Un jeu vidéo?) et le business de la nostalgie 80’s m’a rendu sceptique à propos de ce film. Spielberg fait-il dans l’opportunisme en surfant sur les mots clés du moment ? Réponse ci-dessous !

2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l’OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l’œuf de Pâques numérique qu’il a pris soin de dissimuler dans l’OASIS. L’appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu’un jeune garçon, Wade Watts, qui n’a pourtant pas le profil d’un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant…

Spielberg signe ici une belle aventure qui se passe à la fois dans le révèle et le virtuel. RPO c’est le film que je voulais voir étant gamer et fan de high-tech ! Après des années de foutage de gueule à cause d’adaptations de jeu vidéo pourries ou un traitement du jeu vidéo erroné (condescendant, irréaliste, enfantin..), Spielberg réussi un tour de force : faire un film ULTRA référencé sans tomber dans la parodie et la surenchère inutile.

Oui le film est truffé de références au jeu vidéo, à la pop culture, au cinéma dont celui de Spielberg lui-même ! Cela fait tellement plaisir de voir certains personnages / monstres / véhicules apparaître dans Ready Player One ! La grosse différence avec un film qui utilise des références pop cultures de manière opportuniste, c’est qu’ici Spielberg les incorpore à son récit au lieu de les balancer n’importe comment. Rien ne paraît parachuté n’importe comment. D’ailleurs les références sont tellement nombreuses que je suis persuadé d’en avoir vu seulement 1/10ème. L’univers est cohérent et ceux qui ne connaissent pas les références ne seront pas largués ou lésés avec la sensation de ne pas avoir compris une réplique. La justification de pourquoi tel perso apparaît tient aussi au fait que dans ce monde virtuel les gens se font plaisir en incarnant qui ils veulent, avec des éléments de pop culture si ça les chante.

Visuellement, Ready Player One est tellement propre ! C’est beau et ça bouge bien. Encore une fois les magiciens d’ILM ont fait un super boulot au service d’un spectacle quasi permanent. La direction artistique est réussie, elle n’est pas trop marquée pour que les références en tout genre se fondent parfaitement. Un film geek pour les unir tous ^^ Steven Spielberg enfonce le clou avec une réalisation virtuose, dans les scènes virtuelles la caméra vole autour de l’action sans pour autant faire n’importe quoi !

J’ai trouvé le casting réussi d’à son ensemble, composé de pas mal d’inconnus / méconnus du grand public et quelques têtes connues. Le héros n’est pas trop tête à claque. Le méchant de Rogue One (Ben Mendelsohn) est ici dans un rôle assez similaire avec quelques nuances bienvenues comme quand il se fait passer pour un geek.

Le déroulement du film est assez classique, tel un grand film d’aventure des années 80 comme Spielberg sait le faire, avec en plus des effets spéciaux à la pointe !

Spielberg réussi un véritable tour de force, il propose avec Ready Player One une aventure rythmée, bien filmée et virtuose avec des tonnes de références sans tomber dans la parodie. Un vrai film d’aventure des années 80 avec la technique de maintenant. A voir absolument, geek ou pas !

2 Comments

  1. 10 avril 2018
    Reply

    Pas encore eu l’occasion d’aller le voir au cinéma, mais ta critique me donne envie !

  2. Thierry
    12 juin 2018
    Reply

    Je n’ai pas encore pris le temps d’aller voir Ready Player One et je ne pensais pas le faire. Toutefois, après avoir lu cette critique, je pense que je le regarderai certainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.