[Ciné] Critique : Braquage à l’ancienne

Zach Braff est connu comme acteur pour son rôle dans l’excellente série comique Scrubs et il sort en 2017 son 3ème film en tant que réalisateur après Le rôle de ma vie et surtout Garden State. 
Braquage à l’ancienne est un film avec un gros capital sympathie grâce à ses 3 acteurs principaux : Morgan Freeman, Michael Caine et Alan Arkin. Ces 3 acteurs ont en commun une prestance et un magnétisme à l’écran qui les rend sympathiques quelle que soit la situation. C’est simple, j’ai eu le sourire la plupart du temps 🙂 Personnellement Alan Arkin me fait rire à chacune de ses interventions (dans un rôle similaire à celui dans Argo)
Le scénario est assez simple, c’est un remake d’un film de Martin Brest sorti en 1979 : Going in Style (le titre original). Le traitement et déroulement du film est aussi assez classique, l’intérêt est d’abord l’alchimie des personnages. Seuls quelques plans et effets donnent au film un coté plus moderne. 

Le film est assez drôle, avec notamment quelques seconds rôles intéressants (notamment une Ann-Margret rayonnante et Christopher Lloyd complètement fou). La jeune génération ne comprendra pas ce qui fait l’intérêt du film et le trouveront ennuyeux et pas drôle. Je le conseille vraiment à tous les plus de 30 ans !
Au passage, c’est agréable qu’un acteur connu ne s’offre pas le 1er rôle dans son film ni même aucun rôle ! Marquer son style derrière la caméra plutôt que de flatter son égo est une bonne chose pour le spectateur. 

 

Au final, Braquage à l’ancienne est un feel-good movie agréable et drôle avec un charme désuet. À réserver aux plus de 30 ans qui sauront apprécier les acteurs principaux à leur juste valeur.

Date de sortie : 3 mai 2017

Durée : 1h 36min

De : Zach Braff

Avec : Morgan Freeman, Michael Caine, Alan Arkin, Ann-Margret, Christopher Lloyd 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.