«

»

Oct 07

Test The Bureau : XCOM Declassified (PS3/360/PC)

The-Bureau-XCOM-Declassified

Intro

Développé par le studio 2K Marin, The Bureau : Xcom Declassified a bien failli ne jamais voir le jour ! Annoncé tout d’abord comme un FPS en 2012, il fut repoussé de nombreuses fois en raison de modifications de gameplay et de retard de développement, pour finalement sortir en 2013 sous la houppette d’un… TPS tactique !

Outre son développement catastrophique, qu’a-t-il réellement dans le ventre ?

the-bureau-xcom-declassified-shield

Scénario

Nous en sommes en 1962, en pleine guerre froide. Les hautes instances gouvernementales les plus secrètes sont en branle pour espionner, étudier, prévenir le territoire américain de toute invasion Russe. Vous incarnez William Carter, un agent secret au passé houleux et n’ayant plus rien à perdre, à la solde de la CIA.

Le jeu commence lorsque l’on vous demande d’escorter une valise contenant un objet classé top-secret à votre agence. A peine en route, vous vous faites attaquer par ce qui semble être un agent infiltré venu de… l’espace !

L’invasion extra-terrestre n’est donc plus contée dans les bandes dessinées pour enfant mais belle est bien votre réalité. Et cette invasion est plutôt douloureuse : dès la première attaque, votre agence et l’essentiel de ses occupants sont décimés, vous obligeant à battre en retraite avec la maigre équipe qui a survécu. Acculés, c’est dans ce contexte que se mettra en place le « Bureau Xcom », seule instance à être en mesure de défendre la Terre…

En terme de scénario, même si sur le papier cela peut sembler tiré par les cheveux, la scénarisation permet une immersion assez crédible pour vous laisser prendre au jeu et avancer dans l’histoire. Sans vous spoiler, sachez que dans un contexte aussi apocalyptique que celui que vous vivez, vous ne pouvez faire confiance à personne ! Les surprises et les retournements de situations sont donc assez nombreux pour que l’histoire vous tienne en haleine jusqu’à la fin.

On regrette cependant quelques « incongruités » dues aux excentricités des développeurs… Rien de grave, mais un léger soupçon de réalisme supplémentaire n’aurait fait de mal à personne !

1272759-the-bureau-xcom-declassified-5

Graphisme

De bonne facture dans l’ensemble, ils souffrent toutefois de quelques inégalités. En effet, si l’ambiance générale rappelle un the Last of Us, force est de constater que le soin du détail est à mille lieux d’égaler ce dernier. La plongée dans le monde des années 60 se fait avec plaisir, raison de plus pour apporter un soin particulier aux détails, afin de rentrer encore plus dans l’histoire. D’autre part, je n’ai jamais était fan de long couloirs qui s’enchainent ! A par ce détail, les villes et autres lieux sont quant à eux au niveau attendu : étendu, ouvert, recélant des bonus à découvrir… bref, tout ce que l’on peut attendre d’un TPS lorsqu’il ne s’agît pas de dézinguer du martien !

Gameplay

Et c’est là que le bas blesse ! Autant être direct : la maniabilité de The Bureau : Xcom Declassified est le principal défaut du soft… les commandes de base sont pourtant calquées sur des FPS et TPS classiques : les gâchettes pour viser et tirer, le joystick gauche pour avancer, le droit pour la gestion de la caméra. Pourtant, dès qu’il s’agit de faire plus, c’est laborieux ! En effet, sans compter quelques actions contextuelles très mal pensées, vous passerez vos premières heures de jeu à vous faire à ces commandes, et surtout à ce que le joueur que vous contrôlez exécute bien ce que vous lui avez demandé de faire (soit vous coller contre un mur, soit l’enjamber, soit faire une roulade jusqu’au prochain abris, etc.). On est malheureusement souvent obligé de répéter l’action car le personnage ne l’a soit pas compris, soit en a fait une autre…

1272761-the-bureau-xcom-declassified-6

Intéressons-nous maintenant aux combats à proprement parler, et à son approche très tactique et stratégique, assez unique en son genre. Car ne vous trompez pas, même si le jeu à des défauts (voire plein !) son système de combat lui est vraiment le meilleur point du soft, rattrapant pas mal d’autres choses !

Lorsqu’un combat s’engage, vous avez bien sûr la possibilité de vous défendre comme dans tout FPS/TPS qui se respecte, à savoir à l’aide de votre arsenal super fourni. Et celui de Xcom Declassified n’est pas à plaindre : en plus des armes terrestre d’époque, vous vous approprierez rapidement la technologie ennemie pour la retourner contre les martiens, amenant les armes à une bonnes vingtaines en tout. Mais là où Xcom Declassified va plus loin, c’est qu’il vous est possible d’être accompagné de deux agents ayant, comme vous des capacités spéciales. Pour certain, ce sont des capacités de soin, pour d’autre ce sont des actions typiques d’un éclaireur, la mise en place de tourelles à roquettes pour vous protéger, de drones pour vous couvrir, etc. Ce système prend tout son sens lorsqu’une vague d’ennemi se présente. Votre but sera alors de rapidement donner des ordres à vos hommes (via un système de ralenti, laissant l’action se dérouler à vitesse réduite) pour mener à bien le raid et prendre le plus d’ennemis à revers possible. Plus qu’un simple ajout, ce système est vital pour la progression du jeu, car vous et vos hommes gagnerez de l’expérience pour apprendre de nouvelles tactiques et spécialités. Une dimension tactique que l’on a vraiment beaucoup appréciée !

xcom22

Aspect sonore

Là aussi, la bande son est de bonne qualité. L’ambiance est bonne, avec juste ce qu’il faut pour accompagner l’action et suggérer les sentiments des protagonistes en place. On regrette tout de même parfois des petits bugs qui peuvent devenir assez énervant : lorsque l’on écoute un enregistrement et que l’on discute avec quelqu’un alors que l’enregistrement audio continue de tourner, attendez vous à vivre un brouhaha à la fin duquel vous n’aurez finalement appris aucune information ! C’est un exemple parmi d’autre, mais qui dénonce bien un cruel manque de finition générale…

Durée de vie

Sur ce niveau, le jeu n’est pas à plaindre vis-à-vis des autres softs du genre : entre 10 et 15 heures si vous jouez en mode facile et que vous ne trainez pas trop, le double si vous cherchez absolument à tout découvrir, vivre toutes les scènes, etc…

The-Bureau-XCOM-Declassified-9

 

Conclusion :

The Bureau : Xcom Declassified est un bon jeu et un bon TPS, ne boudons pas notre plaisir ! Il est juste regrettable de remarquer un évident manque de finition dans tous les domaines… Ce qui est dommage à la vue des très bonnes idées utilisées ou abordées. D’une manière générale, nous aurions appréciés une immersion plus intense (passant pas de meilleurs graphismes et plus de détails) et une meilleure maniabilité… le genre de détail qui font que des bons jeux deviennent de grands jeux. Ca n’est pas le cas de The Bureau : Xcom Declassified.

 

Les “Plus“ :

–          un scénario haletant, avec des rebondissements

–          des graphismes parfois inégaux mais très corrects

–          un système de combat très “tactique“

–          l’évolution de votre personnage et de votre équipe

–          les discussions à choix multiples, ayant quelques influences sympathiques dans le jeu

 

Les “Moins“ :

–          Quelques ellipses scénaristiques que l’on aurait bien voulues voir animées, plutôt que de les lires en brèves à la fin d’un rapport de mission.

–          Un cruel manque de finition dans l’ensemble des domaines

–          Une maniabilité qui sent le pâté…

–          Le doublage français qui ne colle pas du tout avec le mouvement des lèvres.

Merci à JP pour ce test de la version PS3 !

1371653498-the-bureau-xcom-declassified-codebreakers-3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.