«

»

Sep 17

Critique The Artist

Sortir en 2011, à l’ère de la 3D et du numérique, un film muet en noir et blanc était un pari risqué.

The Artist raconte l’histoire de George Valentin, une superstar du film muet des années 20, doué et adoré par le public. Nous allons suivre sa rencontre avec la pétillante Peppy Miller, jeune figurante qui va connaître un succès aussi fulgurant que la déchéance de George à l’arrivée du film parlant.

Une des forces de ce film, c’est avant tout de raconter une histoire simple mais intéressante, basée dans la Mecque du cinéma des années 20 : Hollywood. Un autre point fort de The Artist est le talent des acteurs : Jean Dujardin crève l’écran et brille comme une étoile, tout en apportant son propre style. Chaque mimique, chaque froncement de sourcil est très crédible. C’est un point commun avec sa partenaire, la délicieuse Bérénice Bejo, on jurerait deux acteurs de l’époque. Bérénice est absolument radieuse et aurait aussi mérité un prix d’interprétation, comme celui qu’a reçu Jean Dujardin… Le casting est royal, avec aussi la présence de grands acteurs américains tels que le génial John Goodman, James Cromwell et même Malcolm McDowell. L’inconnu du casting, un chien très bien dressé, forme un beau duo avec Jean Dujardin.

J’ai été très agréablement surpris par l’humour présent dans le film, je m’attendais à un drame ou pire, une comédie musicale et j’ai vu un film drôle et touchant. Les moments émouvants côtoient des instants silencieux (imaginez le silence total dans une salle de cinéma, une sensation assez particulière) et des scènes qui vous font sourire, voire rire aux éclats.

J’ai aussi apprécié le travail sur les décors, qui sont bien fidèles à l’époque. Un détail a été volontairement passé à la trappe, pour des bonnes raisons : la qualité médiocre de l’image à cette époque, ici malgré le noir et blanc et le format 4 :3 (c’est très étonnant au début, je n’avais jamais vu de film en 4 :3 au cinéma), il n’y a pas de grain sale sur l’image et c’est tant mieux.

Je déplore une seule petite fausse note dans cette mélodie quasi parfaite : Vers la fin, le passage à vide du personnage principal coïncide avec celui du film. Heureusement, le final est parfait et l’on ressort avec le sourire.

Le film est accompagné de belles musiques, la majorité du temps on comprend parfaitement ce que disent les personnages. A des rares moments, des intertitres apparaissent lorsque que l’on a besoin de savoir ce que disent les personnages.

En conclusion, ce film est une perle, un hommage au cinéma muet et aux stars de cette époque, servi par des acteurs qui jouent parfaitement. Le réalisateur Michel Hazanavicius propose avec brio sa version du cinéma muet, magnifiée et euphorisante.

J’ai pu voir le film en avant-première grâce au Club 300 Allociné. Merci Maylis et Allociné pour ce beau moment, surtout qu’après le film nous avons eu une séance de questions-réponses très agréable avec Jean, Michel et le producteur! The Artist sort le 12 octobre 2011.

 

 

(2 commentaires)

1 ping

  1. JordanLAMFG

    Je me demandais justement si ce film était drôle ou non. J’ai ma réponse. Mais, même sans ça, je serais allé le voir, il me donne bien envie.

  2. Arnold38Cinema

    Pour ma part j’était craintif avant de le voir car je suis pas amateur de muet, mais j’ai vraiment été surpris j’ai adoré ce film, original pour notre époque et vraiment captivant, notamment grace au superbe duo Dujardin-Béjo, ma critique : http://www.youtube.com/watch?v=3L9byvBdpuA

  1. Critique : Intouchables » LegolasGamer

    […] cinéma français a le vent en poupe en cette fin d’année, grâce à des projets ambitieux comme The Artist ou […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.