[Critique Ciné] Avengers : Infinity War

Les studio Marvel savent faire des super héros, c’est un fait. Ils savent également construire des méchants en mousse, c’est un autre fait. La première impression passée, aucun n’a jamais eu le charisme d’un poil de nez du Joker de The Dark Knight. Le méchant Marvel est tout aussi imposant qu’il se dégonfle comme une baudruche. LE défaut de la marque à mon sens… étrangement le seul point que DC a décidé de copier récemment (sans doute pour la déconne). Oui mais ça c’était avant. Avant Thanos et ses envies de conquêtes un peu plus démesurées que la moyenne. Du viscéral, un peu de gravité, des choses à peine entrevues dans la licence.  Si lui ne nous les offre pas, qui le pourra ?  

Les Avengers et leurs alliés devront être prêts à tout sacrifier pour neutraliser le redoutable Thanos avant que son attaque éclair ne conduise à la destruction complète de l’univers.

Liquidons le suspens, Infinity War fait mieux que ce que j’aurais pu espérer. Mieux, car il s’arrache de son approche habituelle tout en dualité punchline/méchant éco+. Toujours de la punchline, de l’humour de bon aloi, mais distillant plus de nuances, laissant le méchant éclater en lui insufflant la même importance que les héros. Et diable que ce méchant est plus réussi que les autres. Sans être un chef-d’œuvre, l’écriture de Thanos est assez subtile pour l’aimer et le détester. Son omniprésence et l’impression de délitement des Avengers permettent un ton plus grave et plus héroïque, voire désespéré. De même, les bastons se veulent à la fois classiques et plus brutales, plus impactantes, les coups écrasent et les lames tranchent, ne se contentent plus de rebondir, des armures et des corps se brisent, tout ce que j’attendais de la franchise. Pas une surprise complète quand on sait que les frères Russo sont aux commandes, déjà responsables du Soldat de l’hiver et Civil War dans lesquels ils esquissaient déjà ce style.

D’un niveau purement formel rien de surprenant. Marvel sait faire des films propres, des effets spéciaux bien rodés, des poses héroïques et, dans le cas présent, une variété des univers proposés, que demande le peuple. En l’occurrence on ne change pas l’identité visuelle d’une franchise à moins d’avoir une très bonne raison.

Je laisse au secret le déroulement de l’histoire et sa fin, fête du divulgachage oblige, mais là aussi les changements de tons sont nombreux et rafraîchissants. Nous sommes toujours devant un Marvel, mais un Marvel plus mature sans être moins accessible, il reste le bon gros coffre à jouets qui fera plaisir aux fans.

Peu de regrets si ce n’est un découpage de l’histoire assez standard, sans grand génie dans sa globalité. L’intrigue assure le taf, le sel est dans les petits détails. La musique ne sort pas du lot, le thème des Avengers utilisé aux bons moments et c’est à peu près tout.

 

Qu’un blasé de la franchise comme moi puisse aimer ce film au point de vouloir le revoir est déjà un petit miracle. Avengers : Infinity War place très haut la barre du blockbuster. Difficilement abordable comme un film à part entière tant il dépend de son univers, il réussit pourtant son pari en proposant une histoire grave et un méchant renvoyant dans les cordes 10 années de mollesse en la matière.

 

Date de sortie : 25 avril 2018

Durée : 2h 29min

De : Joe et Anthony Russo
Avec :  Robert Downey Jr., Chris Hemsworth, Chris Evans, Scarlett Johansson

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.