[Ciné] Critique : Une famille à louer

Une-famille-a-louer-affiche

Réjouis-toi amateur de films romantiques pour trajets long-courriers, Virginie Efira est de retour, même si un peu différente. Point de réalisateur Français, ni de caissière habitant un joli petit appartement Parisien. Une Famille à Louer est une comédie romantique Belge jouant sur la différence sociale, plus réaliste dans ses codes, avec du Benoit Poelwoorde dedans.

Homme richissime mais extrêmement seul, Paul-André est obsédé par l’idée d’une famille. Mais comme pour toute chose il préfère essayer, et donc louer une famille pour un essai. Le hasard tombe sur son exact opposé féminin, Violette, mère célibataire menacée d’expulsion, et ses 2 enfants. 3 mois d’essai débutent donc dans la maison de sa nouvelle famille.

Une-famille-a-louer (5)

D’un scénario ne faisant pas dans l’originalité, Jean-Pierre Améris tire une comédie rafraîchissante et d’une certaine façon différente, le crédit à la performance exceptionnelle d’un Poelwoorde éclipsant le reste du casting. Tout en retenue, il dépeint un personnage crédible, relativement névrosé et mélancolique, malheureusement (ou non) plombé par les « règles » classique de la comédie (les gens sont toujours bons au fond d’eux, les happy end, etc).

Efira propose sans doute son rôle le plus aboutit. Problème, on ne croit pas une seconde au personnage. Trop lisse, attendu, débordant de « On est pauvre mais avec un cœur grand  comme ça ». En gros, nous avons une bobo lâchée dans un milieu prolétaire. Amusant, mais seuls les bobos y croiront. Reste que l’on peut le voir également sous l’angle de la femme battante et indépendante, ne se laissant pas abattre, et cet aspect est assez réussi.

Une-famille-a-louer (3)

De même, la relation, bien que rarement crédible, est parfaitement assuré par le duo. Celle-ci se construit idéalement, en douceur, sans emphase, on se prend à aimer leur destin.

Assez mélancolique mais porteur d’espoir, Une famille à louer ne place pas la comédie comme moteur mais comme habillage, étant aussi drôle ou triste que la vie peut l’être, mis à part les quelques comiques de situation.

Construction générale assez classique par contre, on comprend bien vite où le film va, sans grande surprise.

Une-famille-a-louer (2)

Un moment léger de comédie, moins bateau qu’on ne s’y attendait.  Reste qu’on se dit, une fois terminé, que Une Famille à Louer est entièrement porté par le sieur Poelwoorde, et ne serait sans lui qu’une énième comédie Efiraesque sans envergure.
Date de sortie : 19 août 2015

Durée : 1h36min

Réalisé par : Jean-Pierre Améris

 

Une-famille-a-louer (1)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.