Étiquette : Léa Seydoux

5 février 2014 / / Cinéma

Après la comédie musicale à succès de la Belle et la Bête, le classique revient au cinéma dans une version revisitée.

Affiche_La_Belle_et_la_Bete_Lea-Seydoux (2)

Synopsis :

 1810. Après le naufrage de ses navires, un marchand ruiné doit s’exiler à la campagne avec ses six enfants. Parmi eux se trouve Belle, la plus jeune de ses filles, joyeuse et pleine de grâce.

Lors d’un éprouvant voyage, le Marchand découvre le domaine magique de la Bête qui le condamne à mort pour lui avoir volé une rose.

Se sentant responsable du terrible sort qui s’abat sur sa famille, Belle décide de se sacrifier à la place de son père. Au château de la Bête, ce n’est pas la mort qui attend Belle, mais une vie étrange, où se mêlent les instants de féerie, d’allégresse et de mélancolie.

Chaque soir, à l’heure du dîner, Belle et la Bête se retrouvent. Ils apprennent à se découvrir, à se dompter comme deux étrangers que tout oppose. Alors qu’elle doit repousser ses élans amoureux, Belle tente de percer les mystères de la Bête et de son domaine.

Une fois la nuit tombée, des rêves lui révèlent par bribes le passé de la Bête. Une histoire tragique, qui lui apprend que cet être solitaire et féroce fut un jour un Prince majestueux.

La_Belle_et_la_Bete_Lea-Seydoux (2)

20 mars 2012 / / Cinéma

 

Synopsis :

 En 1789, à l’aube de la Révolution, Versailles continue de vivre dans l’insouciance et la désinvolture, loin du tumulte qui gronde à Paris. Quand la nouvelle de la prise de la Bastille arrive à la Cour, le château se vide, nobles et serviteurs s’enfuient… Mais Sidonie Laborde, jeune lectrice entièrement dévouée à la Reine, ne veut pas croire les bruits qu’elle entend. Protégée par Marie-Antoinette, rien ne peut lui arriver. Elle ignore que ce sont les trois derniers jours qu’elle vit à ses côtés.

Malgré de nombreuses longueurs et des détails inutiles, Les Adieux à la reine est tout de même un film captivant. Il nous plonge au cœur de l’histoire de Marie-Antoinette, vue de l’intérieur du Château de Versailles –celui-ci est d’ailleurs filmé par les « petites portes » essentiellement- et ce avant la prise de la Bastille.