«

»

Nov 19

Test Beyond : Two Souls

Beyond-Two-Souls

Les jeux Quantic Dream sont vraiment très atypiques,  à la frontière entre le jeu et le cinéma. David Cage et son équipe tentent jeu après jeu de s’affranchir des codes du jeu vidéo, de proposer une expérience plus proche du cinéma, chargée d’émotion. Alors Beyond est-il un vrai jeu ? L’interactivité est-elle suffisante ? Qu’en est-il vraiment ? Réponse dans ce test :

En préambule, je précise que j’ai joué entièrement avec ma femme à côté de moi qui regardait, vu le coté cinématographique du jeu je me suis dit que ça valait le coup pour un non-joueur. Vous aurez donc mon avis et le sien (2 pour le prix d’un c’est cadeau !)

beyond miroir

Beyond the claque

Visuellement Beyond : Two Souls est vraiment beau, les textures sont fines, l’aliasing inévitable sur PS3 est relativement discret et la modélisation des personnages est bluffante ! Côté technique c’est vraiment du beau boulot, l’équipe de Quantic Dream maîtrise parfaitement la PS3 et cela promet sur PS4 ! Cela aide à l’immersion et à l’identification avec les personnages. L’animation a été faite via motion capture et donc c’est réussi, avec un léger bémol sur les visages parfois figés. Le fait d’avoir fait appel à des vrais acteurs pour jouer les rôles principaux est une bonne idée, le seul détail pour moi qui cloche est que, si réaliste que soit l’animation et le rendu du personnage, il y aura toujours quelque chose qui cloche et rend le truc moins réel. On appelle ça l’uncanny valley, la vallée dérangeante : plus un robot a une apparence similaire à un être humain, plus ses imperfections nous paraissent monstrueuses. (plus d’infos ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vall%C3%A9e_d%C3%A9rangeante )

beyond-two-souls-playstation-3-ps3-screen_12

C’est le cas dans Beyond, je ne vois pas tous le temps Ellen Page qui joue Jodie mais un clone virtuel plus ou moins réussi. Au fur et à mesure qu’on avance dans l’aventure, cette impression s’estompe et on s’habitue au personnage. Pour ma femme pas de souci de ce côté elle a plongé dans l’histoire sans faire attention aux détails techniques.

Le scénario est bon, l’histoire entre Jodie et l’entité Aiden est originale et certains moments sont très réussis et arrivent même à vous filer des frissons ! Certaines séquences sont chargées émotionnellement mais elles sont trop rares pour que le scénario soit vraiment mémorable. Le côté surnaturel du récit est bienvenu et évite les situations classiques. Les acteurs sont bons (oui je sais, on dirait que je fais une critique de film mais il y a de quoi avec Beyond ^^) et les voix sont convaincantes.

06486116-photo-beyond-two-souls

« Game » « Play »

Le principal reproche fait à ce jeu est le gameplay, voire le non gameplay. Ici il est question de QTE mais surtout de bouger le joystick droit dans la direction du point blanc sur l’écran pour faire une action. Dans le but de devenir un film interactif et une histoire modelée avec ses propres choix, ce genre de gameplay est plutôt logique et bien pensé. Hélas ici les actions que l’on fait avec le joystick droit sont très souvent obligatoires quand le reste est inutile. On avance donc sur un rail quoi qu’il arrive. Pire, si on choisit de ne rien faire le personnage se fige tel un robot en pause et rien ne se passe, ni sanction, ni recommencement. Si toutes les actions étaient passionnantes et suivaient vraiment l’intérêt de l’histoire, je serais le premier à en dire du bien mais cuisiner un plat, ranger un appart ou avancer jusqu’à déclencher une cinématique n’est pas passionnant et n’a rien d’intéressant cinématographiquement parlant. Pour terminer sur le chapitre gameplay, certaines séquences laissent un peu plus de liberté et cela ressemble plus à du jeu vidéo par leur action, mais dans ce cas c’est l’intérêt cinématographique qui est nul (C’est là que Madame a décroché par exemple). Pour moi c’est là qu’échoue Beyond car il n’est pas assez intéressant à jouer et pas tout le temps passionnant à regarder.

beyond-two-souls-52302972dd461

L’illusion d’un choix

Ce qui m’a le plus dérangé après avoir fini le jeu c’est qu’aucun des choix que l’on fait n’a une vraie incidence sur le jeu à part la fin. Le déroulement du jeu se fait avec quelques variations (la plupart du temps on ne se rend pas compte que ce choix va changer quelque chose) mais qui modifie le chapitre en cours, tout se retrouve à la fin du chapitre pour continuer. Les dialogues mènent au même point peu ou prou, on est confronté à 1 vrai choix lors de la scène finale, puis on a littéralement le choix entre 4 cinématiques de fin d’un côté et pas de choix de l’autre, quoi qu’il se soit passé avant le dernier chapitre. C’est peu, voir complètement dommage pour un jeu qui se veut un film interactif, il n’y a quasiment aucune vraie incidence dans les choix, pas de chapitre différent selon une attitude ou une autre.

beyond-two-souls-action-gameplay

Pour illustrer les choix illusoires, à un moment de l’aventure Jodie est désespérée et a l’occasion de se suicider plusieurs fois. J’ai voulu le faire pour voir mais par peur que le jeu se termine là je n’ai rien fait. Après avoir fini le jeu j’ai essayé et sans gros spoiler je peux dire qu’Aiden sauve Jodie dans ces moments de détresse et donc on a vraiment l’impression de n’avoir quasiment aucun choix important.

Les musiques du jeu et l’ambiance sonore sont un point fort, cela accompagne parfaitement ce qu’il se passe à l’écran.

A la Page

Au final, Beyond est un jeu qui a le cul entre 2 chaises, trop casual pour les uns et pas assez passionnant et cinématographique pour d’autres. Il reste que j’ai pris du plaisir à avancer dans l’aventure qui mérite d’être faite, avec des graphismes au top. Si vous avez aimé Heavy Rain, vous aimerez Beyond. Malgré des visuels hyper léchés, je regrette surtout les choix bien trop limités et qui ne changent pratiquement rien à part la cinématique de fin. C’est dommage car il y a des bonnes idées et la durée de vie est correcte (9h pour un film ça va, mais il y a forcément des longueurs.)

Note : 15/20

Beyond : Two Souls est sorti exclusivement sur PS3.

beyond_screen_12

 

1 ping

  1. Avant-première Beyond : Two Souls au Grand Rex » LegolasGamer

    […] [Edit] Voici mon test de Beyond : Two Souls […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.