«

»

Juil 29

Souvenirs d’un joueur : Donkey Kong Country sur Super Nes !

Cela fait un bon bout de temps que j’avais envie de lancer une rubrique retrogaming sur mon blog et de parler d’une console ou d’un jeu qui m’a marqué. Aujourd’hui j’ai choisi de vous parler de Donkey Kong Country sur Super Nes ! Quel souvenir mémorable, quel jeu !

Ce que je retiens de ce jeu est d’abord les graphismes carrément extraordinaires pour l’époque. (1994 quand même, c’était il y a 17ans, ça ne me rajeunit pas !) Les animations étaient top, comme quand on s’approchait d’une falaise et que le personnage essayait de garder l’équilibre ! Au lieu de parapher, voici un extrait de Wikipedia que je trouve très pertinent :

« Si le jeu conserve une structure dite en « deux dimensions », c’est-à-dire que les personnages présents à l’écran ne peuvent s’autoriser que des déplacements sur deux axes (gauche/droite et haut/bas), l’intégralité des éléments, des décors aux héros en passant par les ennemis et les bonus, ont tous été modélisés en 3D sur des stations de travail Silicon Graphics Inc. (les mêmes que pour Terminator 2 et Jurassic Park) avant d’être convertis en modèles lisibles par la « timide » 16 bits pour un rendu visuel proche d’une « vraie » 3D donnant aux graphismes un réalisme jamais atteint jusqu’alors dans un jeu. Cette caractéristique première sera une marque de fabrique de la série des Donkey Kong Country et un des points, avec la durée de vie et la maniabilité exemplaires pour l’époque, mis en avant par Rareware et Nintendo pour promouvoir le jeu, faisant ainsi l’éloge du couple graphismes/gameplay. »

Merci Wiki pour la transition, le gameplay était très bon et il n’y avait pas de place à l’approximation lors d’un saut. La particularité du jeu était de jouer avec deux personnages très différents et on pouvait switcher de l’un à l’autre à tout moment. (Jusqu’au moment où on se faisait toucher et notre personnage se barrait !) Donkey était lourd et puissant quand Diddy était léger et permettait d’atteindre des endroits inaccessibles par Donkey. Dans certains passages, on pouvait monter des animaux (au sens » propre », pas au sens zoophile du terme ^^) qui nous aidaient grâce à leurs caractéristiques : Rambi le rhinocéros qui défonce les ennemis et les murs, Winky la grenouille qui saute jusqu’à des plates-formes en hauteur, Expresso l’Autruche qui peut planer et Enguarde l’espadon qui permet de nager plus vite dans les niveaux aquatiques et de tuer les ennemis. Enfin, Squawks le perroquet éclaire le chemin de DK dans un niveau sombre.

J’adorais l’ambiance du jeu : entre les musiques entraînantes et qui collaient parfaitement à chaque niveau, les personnages les plus funky qui soient, (mention spéciale au vieux Cranky qui ne faisait que vous chambrer et dire qu’il finirait le jeu en 1 vie) enfin bref une ambiance qui dénotait grave des autres jeux de l’époque.

Déjà, à peine vous lanciez le jeu que l’intro donnait le ton. Cranky lance le thème original de Donkey Kong, car il est le premier DK et Donkey arrive avec sa musique moderne. Fâché le vieux croulant lui jette un tonneau de TNT à la gueule, le ton est lancé ! Une intro qui restera pour moi une de meilleurs, je ne m’en lasse pas de la revoir :

La durée de vie était très bonne, oui on en avait pour notre argent ! Certains niveaux étaient plutôt difficiles et mettaient les nerfs à rude épreuves. Les niveaux regorgent d’endroits cachés et finir le jeu à 101% était un travail de longue haleine. Le boss de fin, King K. Rool n’était pas facile non plus, mais la récompense de ce combat valait le coup : un générique excellent, totalement dans le ton décalé du jeu mais aussi avec des belles musiques et un défilé des personnages, ainsi que les méchants et les animaux qui nous secondaient dans cette aventure. Vous pouvez le (re)voir ici : http://youtu.be/EXl2mJ_0AHs?t=12s

Petite anecdote : je remercie mes parents qui avaient acheté le jeu 500 francs (une sacré somme à l’époque !!)  dans ma petite ville en Isère. A ce prix, le jeu avait intérêt à être à la hauteur de ce qu’on pouvait lire dans les magasines jeux-vidéos (c’était la bible pour nous car en ce temps internet n’existait pas encore ^^) Sympa le libraire nous avait même filé le cheat code pour les 50 vies (cf fin de l’article)

En conclusion, ce jeu a marqué plus d’un joueur et le souvenir est impérissable. Tout était réussi et en avance sur son temps, pas étonnant que le jeu s’est vendu à 6,1 millions d’unité en 45 jours ! (Source Pix’n’Love) Forcément un si bon jeu, plébiscité par la critique et les joueurs du monde entier, a donné naissante à plusieurs suites, mais ça c’est dans un prochain article de « Souvenirs d’un joueur »

Bonus :

Dans le jeu, il y avait quelques cheat codes bien utiles ! En voici quelques uns :

  • 50 vies : Allez dans les options, dans le fichier de sauvegarde et placez-vous sur « Erase Game » et faites : BARRAL avec la manette (A B et les boutons de tranche L et R ^^). Un son vous fait savoir que vous avez réussi, à vous les 50 vies !
  • Pour jouer les niveaux bonus avec les animaux : Au lancement du jeu, au moment où Cranky joue de la musique, appuyez sur : Bas, Y, Bas, Bas, Y. (En Anglais cela fait Down, Y, Down, Down, Y, soit DYDDY comme l’acolyte de Donkey Kong !)

Je vous conseille le Retro & Magic de Nolife sur DKChttp://www.lemonde.fr/week-end/video/2011/07/01/retro-and-magic-donkey-kong-country_1543665_1477893.html

(7 commentaires)

3 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Platypus Geek

    Tout qu’est ce que j’aurais dis si j’avais fais l’article ^^
    Plein d’heure de jeux très drole passé sur DKC.

  2. semiroux

    N’ayant jamais eu de Super Nintendo pendant mon jeune âge, mais juste une Megadrive 2 ( Sonic 2, Street of Rage 2 etc. ), je me suis procuré une Super Nintendo récemment. L’émulation même si très pratique, je voulais retrouver le plaisir de jouer avec une vraie console. Donc me voilà avec ma SNES ! Rien que de lire le début de ce billet m’a donné envie de me procurer Donkey Kong 🙂 Merci à toi !

    1. legolasgamer.com

      Merci, il y a eu tellement de bons jeux sur la Super Nes, tu as de quoi faire !

      1. semiroux

        Mais à quel prix … Final Fantasy VI ? Chrono Trigger T_T

        1. legolasgamer.com

          Oui là pour le coup je parle d’émulation car c’est vrai que les vieilles cartouches ça coûte cher, sauf si tu écumes les brocantes comme Papy Cocole ^^

          1. semiroux

            J’y compte bien faire les brocantes, trouver quelqu’un qui n’y connait rien 🙂

  3. Melkiok

    Super chronique emprunt de nostalgie 🙂
    C’est le genre de souvenir retro que j’adore

    J’ai un blog qui retrace mes souvenirs de Gamer avec moult anecdotes => http://www.gameblog.fr/blogs/melkiok/ 🙂

  1. Une semaine de web #2 | Alexis Lemée

    […] LegolasGamer – Souvenirs d’un joueur : Donkey Kong Country sur Super Nes ! […]

  2. Prise en main des futurs jeux Nintendo Wii U de l’E3 2013 » LegolasGamer

    […] suis un fan depuis le premier, j’ai rédigé un article sur le sujet (Souvenirs d’un joueur : Donkey Kong Country sur Super Nes !). Après des années d’absence, le gorille est revenu sur Wii avec un excellent épisode pour […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.