«

»

Oct 24

[Ciné] Critique : La Traversée

Synopsis :

Lola Arendt, une petite fille de 8 ans, disparaît dans une Ile d’Ecosse. Ses parents, Martin et Sarah, brisés, ne résistent pas au drame et se séparent. Deux années plus tard, Lola est retrouvée à l’endroit exact où elle avait disparu. Elle est vivante, apparemment en bonne santé, mais reste plongée dans un étrange mutisme.
Martin retourne seul sur l’île pour la chercher et la ramener : Au bonheur des retrouvailles succèdent les interrogations et la peur : Où était Lola ? Que lui est-il arrivé ? Pourquoi ne parle-t-elle pas ?
Pourquoi Sarah semble lui avoir caché des informations quant à cette réapparition soudaine ? Quel est ce secret qui plane autour de Lola ?
Réalité ou paranoïa, Martin se sent épié, tout lui paraît suspect. La traversée de cette île du bout du monde, dans un paysage sauvage, étrange et menaçant, les mènera inexorablement vers la plus insoutenable des découvertes…

Ce film m’a laissé dans l’intrigue jusqu’au bout, il est très bien ficelé pour que le spectateur ne se doute de rien. N’importe qui se retrouverait facilement dans le personnage de Martin, surtout pour ceux qui sont parents : ils doivent d’autant plus ressentir ce que ressent un père par la disparition de sa fille…

Le début du film commence avec la disparition de Lola, on rentre directement dans le vif du sujet ! Mais au milieu de celui-ci, on ressent une petite longueur, qui fait que l’on se détache un peu du film mais on retrouve très rapidement le suspens qui est souligné par le paysage écossais ! (Une forêt, du brouillard..)

L’actrice Fanny Valette, dans le rôle de Norah, interprète très bien son rôle : elle sait très bien nous faire passer du sentiment de la fille que l’on déteste à la  fille qui nous touche ! La petite Pauline Haugness (dans le rôle de Lola) mérite réellement de poursuivre le cinéma : elle dégage une telle maturité ! Et il ne s’agit que de son premier film ! On peut souligner le rôle secondaire mais tellement important de Jules Werner, un rôle à multiples facettes !

Et pour finir l’excellent jeu d’acteur de Michaël Youn, qui m’a épaté par un rôle auquel je ne l’aurai jamais imaginé auparavant. Il est très loin du Michaël Youn que tout le monde connaît « Morning Live… » Et comme il l’a si bien dit avant la projection, on ne peut pas ressortir insensible de ce film ! Et il a bien raison !

La traversée de Jérôme Cornuau sort le 31 octobre 2012.

Note : 7/10

Merci à Aurélie pour sa critique !

(2 commentaires)

  1. Mashiro

    Michael Youn est quelqu’un de très intelligent avec une GROSSE série de diplôme en prime. C’est parce que faire le pitre rapporte plus d’argent pour moins d’effort qu’il a choisi cette solution ^^ !

    Merci pour l’article 🙂 !

  2. ventes d'objets de stars

    Michael Youn est effectivement tres bon dans ce film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. (Désabonnement possible à tout moment) Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.