Archives de la Catégorie : Coup de coeur

Déc 20

Test de Dishonored 2

20160929112438
Le premier Dishonored a été une vraie surprise pour moi, un jeu avec une ambiance, un gameplay ainsi qu’un level design au top, le tout créé par un studio français.

Quatre années se sont écoulées avant que la suite n’arrive et j’avoue que j’avais pas mal d’attentes ! Mon avis tout de suite dans le test !
Dishonored 2 nous laisse le choix dès le début entre Corvo et l’impératrice Emily Kaldwin qui a bien grandie depuis le premier épisode (15 ans avant). J’ai choisi de tenter l’aventure du point de vue de la jeune mais pas si inexpérimentée Impératrice déchue. Et comme je trouve le jeu plus intéressant ainsi, j’ai choisi de ne tuer personne et d’essayer de ne pas me faire repérer trop souvent. 

dishonored-2_ps4_legolasgamer-com-2

Le début du jeu est déroutant car il faut donc jouer à cache-cache sans aucun pouvoir. Heureusement les premiers pouvoirs arrivent rapidement (si tant est que l’on fouille les niveaux à la recherche de runes et autres charmes d’os. Un des atouts principaux de Dishonored 2 est son excellent level design. Qu’importe la méthode choisie, il faut ruser ou avoir du skill pour arriver à ses fins. Dans Dishonored 2 il faut aller d’un point A à un point B (ou C/D d’ailleurs) et on a une totale liberté quand au choix de la méthode (infiltration ou bourrine) ainsi que du chemin. Les niveaux sont très bien construits, il y a le passage évident mais rempli de gardes, puis en regardant bien et en essayant on trouve des passages bien cachés ou des stratagèmes pour faire diversion. Cette liberté d’action combinée à une construction intelligente des niveaux et des pouvoirs variés font de Dishonored 2 un excellent jeu. Mais ce n’est pas tout. Dans le premier Dishonored, nous visitions les sombres recoins de Dunwall, dans sa suite nous allons à Karnaca, sur la côte exotique de l’île de Serkonos. J’ai trouvé Dishonored 2 plus varié que le premier en terme d’environnements. Certains niveaux sont mémorables, comme le manoir mécanique par exemple ou encore Poussièreville.

dishonored-2_ps4_legolasgamer-com-3

Visuellement le jeu est très réussi, les villes sont convaincantes, les modèles des personnages toujours aussi burinés et le monde salement réaliste mais en même temps pas photoréaliste mais avec une direction artistique de qualité et une vraie identité. Les textures sont très propres (j’ai testé la version PS4, les images d’illustration sont d’ailleurs tirées de ma console), la distance d’affichage est satisfaisante et le jeu est relativement fluide. (30 fps, à l’exception de quelques moments où le framerate chute mais rien de bien grave)

Par contre on sent que la PS4 souffre, à cause du bruit du ventilo mais surtout à cause des horribles temps de chargements ! Le jeu est die and retry, il arrive de mourir souvent, surtout si on tente des trucs et qu’on ne veut pas se faire repérer. Il est donc frustrant d’attendre quasiment 40 secondes pour pouvoir réessayer. Pareil pour les sauvegardes qui sont suffisamment longues pour agacer, surtout qu’il est conseillé de sauvegarder souvent si l’on veut progresser efficacement et ne pas se retaper une séquence difficile qu’on avait réussie. Il existe heureusement la sauvegarde rapide qui est bien pensée et plus rapide, même si elle ne peut pas être utilisée tout le temps. (Je m’explique, je fais souvent des sauvegardes à plusieurs emplacements pour pouvoir revenir en arrière quand j’ai fait fausse route dans un niveau. Avec une sauvegarde rapide unique, ce n’est pas possible.) Par contre je n’ai pas compris l’intérêt du chargement rapide car le temps est aussi long qu’un chargement classique. 

dishonored-2_ps4_legolasgamer-com-10

Tant que je suis dans les défauts (qui sont néanmoins peu gênants vu la qualité du jeu), je n’aime pas la spatialisation du son dans Dishonored 2. Il arrive en effet d’entendre des conversations de protagonistes à plusieurs étages de moi, distinctement comme si j’étais à côté d’eux, ce qui casse un peu le réalisme et l’infiltration.

L’IA du jeu est assez classique, un ennemi ne repère pas un collègue qui s’étouffe à 1m derrière lui, par contre si on se fait repérer à 50 mètres, c’est une armée de gardes qui s’abat sur nous, venant de nulle part.
Les nouveaux pouvoirs d’Emily sont intéressants pour créer une diversion ou troubler un ennemi. Il faut vraiment trouver toutes les runes des niveaux pour pouvoir avoir tous les pouvoirs « lumineux » ou « sombres ». Aucun intérêt d’ailleurs d’avoir des capacités de tueur quand on veut épargner tout le monde !
dishonored-2_ps4_legolasgamer-com-5

Passons maintenant à un des autres points forts du jeu : son scénario et les choix laissés au joueur pour façonner son monde (et la fin de l’histoire). Comme dans le premier, le fait de tuer tout le monde aura plusieurs impacts, déjà le nombre de cadavres dans les rues fera pulluler des mouches de sang (c’était les rats et la peste dans Dishonored 1). Ces mouches énormes sont d’ailleurs intéressantes, un vrai fléau. Choisir de ne tuer personne et donc de ne pas faire sombrer le monde dans le chaos permettra aussi d’avoir une fin plus optimiste. 

J’ai beaucoup apprécié le fait que cette impératrice explore son royaume et voit tout ce qui ne va pas et essaie de régler certaines choses. D’ailleurs j’ai adoré utiliser la pendule dans un niveau bien précis. L’idée est de voir via cet outil la pièce où l’on se trouve mais dans le passé. 

dishonored-2_ps4_legolasgamer-com-9
A l’écran (comme sur la capture ci-dessus) on voit donc à gauche la maison impeccable il y a 3 ans et à droite la maison dans le présent toute délabrée. En une pression on inverse la vue et on se retrouve dans le passé au même endroit avec un aperçu du présent. Évidemment le premier intérêt est de se déplacer dans ce manoir car certaines portes sont condamnées à une époque et pas une autre, le second intérêt est d’éviter les gardes dans le passé tout en progressant. Je signerais pour un jeu entier sur ce concept, mais il marche terriblement bien sûr une partie d’un niveau de Dishonored 2. Dernier détail, je suis un fan du thème de la causalité (une modification du passé peut avoir des conséquences importantes dans le présent) et après ce passage dans le passé, certain détails on changé dans le jeu, je trouve ça remarquable de la part des développeurs même si c’est discret. 

dishonored-2_ps4_legolasgamer-com-7
En terme de durée de vie, cela dépend vraiment du style de jeu choisi par le joueur. Perso j’aime bien prendre le temps de bien faire et d’étudier toutes les possibilités offertes par le niveau tout en ne me faisant pas repérer (et donc en planquant tous les gardes endormis). J’ai donc mis 19h pour finir le jeu mais il peut se faire en beaucoup moins de temps. Il y a un New Game + une fois le jeu fini qui permet de faire le jeu avec les pouvoirs de Corvo et Emily, je ne l’ai pas encore testé mais il promets d’être cool !
Dishonored 2 à un coté fantastique plus poussé que le premier. Les ennemis sont d’ailleurs plus variés grâce à cela. (Saletés de chiens mystiques !). J’apprécie qu’ils aient conservés les mêmes voix que dans le premier, notamment la voix du coeur jouée par Virginie Méry (Elena dans Uncharted) 

 
Au final Dishonored 2 est un grand jeu, assurément mon GOTY 2016 avec Uncharted 4. Doté d’une direction artistique parfaite, d’un scénario intéressant, d’un level design ingénieux et d’une durée de vie assez longue, Dishonored 2 est vraiment réussi en presque tout point, malgré quelques petits défauts. Un jeu à posséder !

Note : 17/20

dishonored-2_ps4_legolasgamer-com-4 dishonored-2_ps4_legolasgamer-com-1 dishonored-2_ps4_legolasgamer-com-6 dishonored-2_ps4_legolasgamer-com-8

Dishonored 2 est sorti le 11 novembre 2016. On peut se procurer le jeu chez Micromania en cliquant ici.





Déc 13

[Ciné] Critique : Rogue One: A Star Wars Story

<Cette critique ne contient ni spoiler, ni intrigue, ni photos (hors affiche), juste mon avis après la projection presse française !>
rogue-one-critique-sans-spoiler-affiche
Étant fan de Star Wars depuis longtemps, j’avais accueilli tièdement la nouvelle du rachat de Lucasfilm par Disney et du chantier quasi immédiat de nouveaux épisodes. Puis j’avais été rassuré l’année dernière avec un bon épisode 7 malgré la ressemblance avec l’épisode 4. Cette année, je n’avais rien vu de Rogue One à part le tout premier teaser assez mystérieux et sombre qui tranchait alors avec la saga. L’idée d’un spin-off assez différent du reste de la saga était à la fois séduisante et inquiétante. 

Que les fans se rassurent, Rogue One est bien un vrai épisode de Star Wars, un excellent même ! J’ai vraiment adoré le film, c’est un très bon Star Wars mais c’est aussi un bon film de guerre avec des scènes d’action et un univers StarWarsien au top ! De nouvelles planètes, des nouveaux véhicules et héros, des nouveaux méchants mais aussi du fan service qui fait vraiment plaisir. 

Le réalisateur Gareth Edwards (Godzilla..) a très bien équilibré le film qui n’est pas trop long, bien rythmé avec des plans magnifiques. 

rogue-one-critique-sans-spoiler

Hormis quelques stars qui sont impeccables au passage, les nouveaux personnages sont dans l’ensemble très réussis. Mention spéciale au droïde de cet épisode drôle et sans filtre ! L’héroïne jouée par Felicity Jones est parfaite, je trouve ça cool que les premiers rôles des Star Wars soient des femmes !

Les effets spéciaux sont toujours très convaincants, surtout ceux qui mettent en scène des personnages numériques, c’est bluffant ! ILM est toujours au top ! J’ai vu le film en IMAX 3D au Pathé Quai d’Ivry, la qualité visuelle est dingue ! La 3D était bonne, pas indispensable (en numérique non 3D ça sera très bien aussi !).

J’aurais tellement de choses à dire sur le film, mais ça serait dévoiler l’intrigue et donc je ne veux pas spoiler !

Au final j’ai vraiment adoré ce Rogue One, maîtrisé de bout en bout et qui plaira à tous les fans de Star Wars mais aussi, qui sait, aux autres. 

 

Date de sortie : 14 décembre 2016

Durée : 2h 14min

De : Gareth Edwards (II)

Avec : Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn..

Sep 13

Test : Lifeline (iOS)

Lifeline-ios-androidSi tu n’es pas né de la dernière pluie, tu as peut-être connu la fameuse série des « Livres dont vous êtes le héros. »

Pour les autres il s’agissait d’un livre qui racontait une aventure qui t’arrivait personnellement et tu devais faire des choix importants. Genre attaquer le monstre ou fuir. Pour attaquer va page 42, pour fuir va page 27. Arrivé page 27 tu apprenais que fuir en retraite t’avais fait tomber dans un trou, t’es mort ! Et là tu revenais à ton choix précédent ^^
Lifeline est basé sur le même principe, à un détail près. Ce n’est pas toi qui vit l’aventure mais un certain Taylor qui est rescapé d’un crash et qui communique avec toi. Il a besoin d’aide pour décider quel choix selon plein de situations. Certains paraissent anodins mais parfois derrière un petit choix il y a de grandes conséquences !

lifeline-ios-legolas

Le coup de génie de Lifeline c’est que Taylor communique avec toi quand il peut, ensuite il agit. Quand il agit il est occupé et il faut donc attendre. Exactement comme une discussion sms avec un ami, on ne reste pas forcément rivé devant son dernier message en attendant la suite. Du coup quand Taylor est occupé, je vaque à mes occupations et comme avec un sms, j’ai une notification quand j’ai des nouvelles de lui. Ça rend le jeu très prenant car on se surprend à s’impatienter, s’inquiéter de sa réponse qui ne vient pas (il y a quelques cliffhangers flippants) et être soulagé quand il répond. (Il faut absolument activer les notifications pour ce jeu car sinon ce n’est pas la même expérience). Le jeu est compatible avec Apple Watch et ça doit être cool de pouvoir lire et interagir sans avoir à sortir son téléphone.

lifeline-apple-watch
Un autre atout de Lifeline est qu’il est très bien écrit, l’auteur Dave Justus rend la discussion très crédible, marrante et intéressante. Je trouve juste dommage que parfois des choix de phrases proposés sont surprenants, je ne répondrais pas forcément de manière aussi agressive ou moqueuse.
L’expérience que l’on vit dure quelques jours et se finit sans qu’on s’en rende compte, il n’y a pas de temps morts quand on joue (mais vous l’aurez compris on ne joue pas tout le temps)
Je ne spoilerai pas l’histoire, j’agrémente ce test de quelques captures d’écrans sympa (et qui ne dévoilent rien).
Lifeline est dispo sur iOS et  Android à 1,99€, ce qui est raisonnable même si vous ne passerez pas 10h dessus. Si vous n’aimez pas attendre vous pouvez activer le mode rapide qui supprime les phases d’attentes, mais je trouve que le jeu perd de sa force. C’est par contre utile si vous recommencez le jeu en faisant d’autres choix. Le jeu propose d’ailleurs à tout moment la possibilité de revenir à n’importe quel choix. On n’est jamais bloqué.
Suite au succès du jeu, le studio 3 Minute Games a sorti 3 autres Lifeline. Ils sont à 1,99€ chacun sur l’App Store et le Play Store, ce qui est raisonnable. J’ai déjà craqué pour la suite du premier, je veux savoir la suite ! (Même si Lifeline aurait pu se terminer au premier sans souci)

Au final, j’ai adoré vivre cette expérience et je la conseille même aux non-joueurs ! Bien écrit, captivant et réaliste grâce à sa gestion du temps, Lifeline est un petit bijou qui se joue entièrement hors ligne (très pratique dans les transports en commun)

Note : 18/20

 

Août 22

Test de la manette personnalisée Blast Controllers

J’ai reçu récemment ma nouvelle manette Blast Controllers ! C’est une entreprise française spécialisée dans la personnalisation de manettes PS4, Xbox One mais aussi PS3 et 360.

Manette Legolas Blast Controllers

Elle a de la gueule !

Le site propose 2 services distincts :

Blast Update est un service qui permet de personnaliser une manette déjà existante. Une solution qui est avantageuse car pas besoin de payer le prix d’une manette, il suffit d’envoyer la sienne pour une cure de jeunesse 🙂 A savoir : Sur Xbox One vous pouvez configurer 100% de votre manette mais pas sur PS4 (Sony n’arrête pas de modifier sa manette), exit donc la couleur de la coque.

Blast Config permet de personnaliser 100% d’une nouvelle manette. C’est le service que j’ai utilisé pour personnaliser ma manette et je vais vous détailler les changements :

Blast-controllers-kameleon-flash

Le flash donne un effet paillettes

La coque avant est Kameleon, j’adore le fait que la peinture change de couleur selon la lumière et l’orientation. Les photos qui illustrent l’article ont été prises selon plusieurs types pour montrer la diversité. La peinture est de très bonne qualité, on est loin des autocollants et autres DIY. Il y a pas mal de choix pour la couleur de la coque avant (Skull, carbon, doré, zombie, candy reflex…), à noter que la peinture rend bien mieux en vrai que l’aperçu du configurateur.

Blast-controllers-paddles
J’ai choisi une coque arrière blanche pour le contraste. (On n’a le choix qu’entre noir et blanc par contre)
Concernant la couleur des sticks, j’ai opté pour du transparent car le violet dominant je ne voulais pas faire un mélange foireux de couleurs. Il y a le choix entre une dizaine de couleurs et 2 types de sticks : PS4 ou Xbox One. On peut donc avoir une PS4 avec ses sticks Xbox, une hérésie pour certains et une bénédiction pour d’autres ! ^^

IMG_4753

Selon l’éclairage, la teinte change vraiment !

Enfin pour la couleur des gâchettes (L1/R1/L2/R2), j’ai choisi du bleu qui passe bien avec le blanc à l’arrière et ne dénote pas avec le violet-à-marron (selon la lumière) de la coque. Ici aussi il y a du choix (mais pas de transparent pour le moment).
Je vous conseille de faire un tour sur le site pour voir toutes les possibilités : blast-controllers.com/

blast
Blast Controllers propose aussi 2 ajouts à la manette pour en améliorer l’ergonomie : le Platter Control qui améliore la précision de la croix directionnelle mais surtout les Blast Paddles. Ce sont 2 gâchettes avec un grip efficace qui permettent de faire plus d’actions en même temps et sont particulièrement utiles en FPS et pour l’eSport en général. L’exemple parfait c’est un FPS nerveux comme Titanfall 2, les 2 sticks servent à se déplacer et à viser, du coup les pouces sont pris et impossible de sauter en même temps. Grâce aux gâchettes, je peux me déplacer-viser-sauter (et tirer). Loin d’être un gadget, ça me fait bizarre quand je reviens à une manette classique !

IMG_4727

Le blog n’ayant pas encore de logo (je ne veux pas faire cheap), j’ai opté pour mon pseudo avec la police SuperMario256, qui est au passage excellente 🙂

IMG_4726

Enfin pour terminer le tour de cette manette, la zone lumineuse contient aussi mon pseudo. Le résultat est propre et ne fais pas cheapos !

IMG_4732
Au passage j’aime bien le petit Seau de qualité Blast Controllers pour la garantie :

IMG_4695
Le prix dépend du niveau de personnalisation et si vous envoyez votre manette ou non. Ça commence à partir de 10€ pour les 2 sticks et peut aller jusqu’à 199€ si vous voulez tout modifier.

Au final je trouve la finition parfaite, la couleur de très bonne qualité et les modifications utiles. Une manette unique avec du style et mon pseudo. La manette parfaite pour parcourir les étoiles dans No Man’s Sky 🙂 Reste le prix qui n’est pas donné mais bien rendu. Un super cadeau à faire pour soi ou quelqu’un d’autre !

Note : 18/20

IMG_4693m

ça change !

IMG_4719 Blast-controllers-kameleon

Déc 16

[Ciné] Critique sans spoiler de Star Wars 7 : Le réveil de la force

affiche-officielle-de-star-wars-le-reveil-de-la-force

Pour certains confrères, réaliser une critique sans aucun spoiler est un exercice difficile, pour moi c’est évident, je le fais à chaque fois tant il est primordial d’en savoir le moins possible pour apprécier un film. Voici donc une critique garantie 0% spoiler ! D’ailleurs ce film n’a officiellement pas de synopsis, ce qui est assez rare pour le signaler et décidément le phénomène Star Wars ne fait rien comme les autres.

C’est le retour de la double critique sur le blog, avec pour une fois des critiques où nous sommes globalement d’accord !

Critique de Legolas :

La première fois que j’ai entendu parler de Star Wars 7 après le rachat de la licence par Disney, j’étais très pessimiste en me disant que la célèbre saga allait être souillée (Lucas ne voyait pas l’intérêt de faire une suite.) En voyant que c’est JJ Abrams aux commandes, j’étais un peu plus confiant et en voyant la première bande-annonce mon coeur de fan a bondi (en bien). J’ai eu l’occasion d’aller à l’unique projection presse du film 1 jour avant tout le monde, en IMAX 4K (un des rares en France au Pathé Quais d’Ivry) et la définition de l’image était parfaite.

Star Wars: The Force Awakens L to R: Rey (Daisy Ridley) & BB-8 Ph: David James © 2015 Lucasfilm Ltd. & TM. All Right Reserved.

Allons directement à la seule question qui vous intéresse : est-ce que ce film est bon, vaut-il le coup ? La réponse est sans détour : oui.

Un des points forts du film est de ne pas abuser des effets spéciaux (critique majeure de la prélogie), pour laisser la place à des vrais décors et personnages et pas seulement du fond vert et de l’image de synthèse. Malgré tout ce n’est pas un film sans effets spéciaux et images de synthèse, loin de là ! Le tout est juste bien intégré et crédible, avec des batailles de vaisseaux qui claquent, des visuels et décors magnifiques. Chaque plan est d’une beauté à tomber ! La musique n’est pas en reste avec un score de John Williams très proche des autres films.

Les nouveaux acteurs sont très bien (à part celui qui joue Kylo Ren, mais c’est un avis personnel) et s’intègrent parfaitement à l’univers. Il y a une belle alchimie entre eux. Les anciens ne font pas tâche, loin de là et ça fait plaisir de les retrouver. Quand au petit BB-8, je suis totalement fan ! Le personnage principal du film (Rey) est une femme tout en nuance et jamais stéréotypée. Elle s’éloigne du rôle habituel des femmes dans les blockbusters.

star-wars-le-reveil-de-la-force (2)

Si je devais trouver un léger bémol, je dirais que le film est beaucoup calqué sur l’épisode 4, en quasi tout point. J’imagine que cette volonté de plaire à tout le monde, fans hardcores comme nouveau venus, a alourdi le cahier des charges du Star Wars parfait et JJ Abrams a dû faire des compromis. Mais ce n’est pas un gros défaut tant le film est agréable et fait office de début parfait d’une nouvelle trilogie.

 

Au final, JJ Abrams a réussi l’exploit de proposer un film rythmé (on ne s’ennuie pas), varié et très fidèle à l’univers des épisodes 4,5,6 tout en proposant des touches de nouveauté bienvenues. Le film finit sur un cliffhanger qui annonce un épisode 8 mystérieux et je l’espère inventif. Pari réussi, cette nouvelle trilogie commence sur les chapeaux de roues, en embarquant les nouveaux spectateurs dans l’aventure tout en convainquant clairement les fans. Chapeau !

 

Critique de Guifou :

 

Plus de 10 ans qu’il n’y avait pas eu une vraie grosse nouveauté Star Wars à se mettre sous la dent !  Je me revois environ 16 ans avant à attendre fébrilement la sortie d’un épisode 1 qui se voulait la pierre angulaire d’un prequel, prequel en demi-teinte même si plus riche qu’il n’y parait au premier visionnage.

Je ne dévoilerai rien de l’intrigue, mais celle-ci reprend de manière évidente, en hommage, des codes de l’épisode 4, mélangeant tantôt le fond tantôt la forme mais réussissant tout de même à s’en extraire.  JJ Abrams ne se trompe pas, proposant cela  comme un film tout public ou « pour enfant » dans son sens spirituel et non comme le produit un peu trop infantilisé qu’était la menace fantôme.  L’univers presque trop lointain, éthéré et virevoltant des 1-2-3 est ici écrasé par une vision plus sombre, voire plus triste. En symbole, le sabre laser revient à ses bases d’arme chevaleresque, lourde, puissante et exigeante.

La jeune génération et l’ancienne se croisent avec brio, les acteurs ayant à la fois cette touche dramatique ou légère. Il faudra en revanche attendre le nouvel épisode pour confirmer, les rôles n’étant pour certains qu’égratignés voire traités de manière ambiguë.

L’univers, les effets spéciaux parfaitement gérés à travers un mélange 3d/maquette, le rythme et la photographie, tout ici est maitrisé de bout en bout. Il est dur, quelque part, de ne plus y voir la patte Lucas tant le film s’en extrait artistiquement parlant.Star Wars: The Force Awakens Han Solo (Harrison Ford) Ph: Film Frame © 2014 Lucasfilm Ltd. & TM. All Right Reserved..

Le film présente néanmoins le paradoxe de la patte Abrams, paraître trop court pour l’histoire qu’il veut servir. Le rythme est haletant, toujours sur le fil du rasoir, ne s’autorisant presque aucune pause. Cela permet à la fois de ne pas se perdre en détails, mais également de trop accélérer les choses par moment. D’autant plus dommage que les scènes plus lentes et posées sont vraiment réussies. En ne prenant pas assez son temps, la faute sans doute à la machine commerciale derrière (oser les 2h45 manifestement nécessaires au lieu de 2h15 est compliqué), le film perd l’occasion de devenir un chef d’œuvre. C’est, heureusement, mon seul gros regret.

Malgré la déferlante de bandes-annonces, le film ne cesse de nous surprendre jusque dans ses points cruciaux, restant suffisamment flou pour garder ses mystères. Chaque moment fort est ainsi véritablement poignant, les moments d’emphases sont rares mais diablement réussis. Ma gorge se noue suffisamment rarement au cinéma pour que je puisse le remarquer. Et cette fin ! De loin la plus réussie de la saga !

 

S’il ne possédera jamais l’aura de l’épisode originel, Le Réveil De La Force a tout du film fondateur. Bien réalisé, intelligemment écrit, il reste fidèle aux fans sans perdre les néophytes. Encore perfectible mais ouvrant de beaux horizons, il ne manque plus à cette passerelle que son « empire contre-attaque »  pour confirmer.

 

 

Déc 06

Test Parrot Zik 3

Après plus de 2 semaines d’utilisation intensive, j’ai maintenant une idée très précise du dernier casque sans fil de Parrot : Le Zik 3

Parrot-Zik3-LegolasGamer.com

Parrot est une marque innovante et française (cocorico) qui a été la première à lancer un drone pilotable par smartphone : l’AR Drone. Ils ont ensuite innové avec le Parrot Zik, un casque sans fil avec déjà beaucoup de bonnes idées qui font la force du petit dernier, j’y reviendrai en détail. Ensuite le Zik 2 a permit  d’améliorer le design (by Stark), le poids et l’autonomie. Le Zik 3 reprend exactement le design du Zik 2, à savoir un casque circum-aural (les écouteurs sont autour de l’oreille pour un contact sur le crâne, plus agréable que sur les oreilles) avec un arceau rembourré et confortable, doté d’un design tendance (façon os je trouve pour la partie métallique).

parrot-zik3-croco-black

Autant le dire tout de suite, le Parrot Zik 3 est un casque bourré de technologie dont certaines qui changent clairement la donne et permettent de justifier un prix élevé.  En savoir plus »

Oct 29

J’ai testé le HTC Vive (SteamVR) : C’est impressionnant

« Allô maman, je t’appelle du futur, enfin pas vraiment mais j’ai touché du doigt le turfu et c’est dingue ! »

Voici en quelques mots ce que j’ai pensé de cette expérience. Mais revenons au début.

SteamVR-HTC-Vive (4)

Merci à Clubic pour cette belle photo. ©Clubic

A la Paris Games Week 2015, HTC propose au public de tester son casque VR (en partenariat avec Valve) assis dans un siège avec un joystick dans la main et une sorte de clavier réduit dans l’autre pour jouer à un jeu de tir spatial. Ça a l’air cool mais dans l’espace presse j’ai pu tester quelque chose de bien plus immersif ! Je suis seul dans une pièce de 4 mètres sur 3 environ avec juste un pc dans un coin et 2 capteurs de chaque côté de la pièce. La grosse différence avec ce que j’ai pu tester pour le moment en VR (Réalité Virtuelle), c’est qu’ici je peux me déplacer physiquement dans l’espace. Quand j’approche à 40 cm d’un mur, je vois apparaître dans le casque un mur virtuel qui me permet d’éviter de me blesser. C’est bien fichu et on pourra délimiter son espace comme on voudra.

Une hôtesse m’équipe du casque HTV Vive, me met le casque audio et je découvre une image neutre à l’écran. Tout d’un coup, elle me tend les game sticks qui ressemblent à un PS Move sans la boule lumineuse, avec une gâchette mais en plus une zone tactile pour le pouce. Ce qui est déjà bluffant, c’est que je le vois arriver en virtuel, elle me le tend et je l’attrape en virtuel comme en réel. Les sticks répondent parfaitement et sont totalement fidèles au modèle 3D. Et c’est parti pour plus de 25 minutes de démo plus folles les unes que les autres. En savoir plus »

Août 15

[Gamescom 2015] Coup de coeur : Lastfight

LASTFIGHT-header

Le studio français indépendant Piranaking s’est associé au dessinateur Bastien Vivès pour adapter la BD LastMan en jeu vidéo. Etant amateur de jeux de baston, le studio a eu la bonne idée de faire revivre un type de jeu de baston qui n’existe plus de nos jours. Je suis un grand fan de la Dreamcast et de ses nombreux hits, un jeu me manque particulièrement : Power Stone. Lastfight reprend le principe à savoir un jeu de baston en full 3D même dans les déplacements et des arènes pour des combats jusqu’à 4 en même temps. En savoir plus »

Août 14

[Gamescom 2015] Coup de coeur : Battleborn

Battleborn-Gearbox-ps4-pc-xbo (7)

Étant fan de la série des Borderlands, j’avais hâte de tester le tout nouveau jeu de ses créateurs.
En effet une des caractéristiques les plus appréciable du studio Gearbox est de proposer des jeux pour les joueurs par des joueurs, avec un contenu généreux !

Après avoir mixé des éléments de RPG avec 1 FPS, Gearbox Software propose maintenant un FPS avec des éléments venus du MOBA (Dota2, LOL..), genre assez compliqué de prime abord, mais qui est énormément joué.
Rien que l’idée de départ, j’adore : toutes les planètes meurent, toutes les étoiles vont disparaître et il ne reste plus qu’une seule étoile dans l’univers. C’est donc toutes les espèces qui sont intéressées par elle et vont se battre ! Et une menace extérieure, les Varelsi, va obligé toutes les factions à s’unir pour faire face.

Battleborn-Gearbox-ps4-pc-xbo (5)
Il y a 25 personnages jouables annoncés ils ont des styles de jeux très différents. J’ai eu l’occasion de tester 2 personnages pour un total d’une heure de jeu. La principale caractéristique qui les différencie de Borderlands, c’est que les personnages ont tous un tir secondaire ou une seconde attaque et surtout deux coups spéciaux qui sont améliorés grâce à l’arbre de compétences. Cette diversité permet des combats plus intéressant que juste tirer.
J’ai bien aimé jouer avec le samouraï vampire qui pouvait lancer des grandes attaques à distance mais pouvais aussi attaquer au corps à corps. Chaque coup spécial a un temps de latence d’une dizaine de secondes pour chacun. J’ai aussi testé un perso avec 4 mains qui avait peu de vie mais qui faisait des attaques à distances et même un coup de boost en arrière en cas de corps à corps.

Battleborn-Gearbox-ps4-pc-xbo (3)
Le jeu peut être fait en solo, mais aussi jusqu’à 5 joueurs en coop. Comme dans Left 4 Dead, des bots remplacent les humains en attendant qu’ils arrivent dans une partie ou tout simplement permettent de jouer sans attendre un quatrième ou cinquième joueur.

Une des grandes différences avec Borderlands est que l’on est plus obligé de repartir à zéro en changeant de personnage, car on garde son expérience. Cela permet plus facilement de changer d’un personnage à l’autre, sans que ce choix n’impacte les 50 prochaines heures.

Gearbox a aussi simplifié l’arbre de compétences, fini les trois branches avec pour finalité de ne pouvoir faire progresser qu’une sur trois. Ici c’est moins compliqué, c’est un choix binaire entre 2 compétences à chaque fois et on choisit vraiment celle pour lesquel on a le plus d’affinités, selon sa façon de jouer. La progression est d’ailleurs identique à un MOBA, en gros on prend 15 niveaux à l’intérieur de chaque mission et on repart à zéro à chaque nouvelle. Cela permet d’essayer plusieurs styles et de savoir lequel est fait pour vous.

Battleborn-Gearbox-ps4-pc-xbo (1)

Le niveau qui était proposé nous faisait avancer de façon assez similaire à Borderlands, avec des hordes d’ennemis et des mini boss. La différence se situe au niveau des combats, les personnages sont complémentaires avec certains qui attaquent à distance, d’autres qui sont en corps à corps, d’autres qui soignent l’équipe et certains qui volent et jouent les éclaireurs en même temps que des attaques à distance.

Visuellement ici plus de Cell Shading et ses gros traits noirs, Battleborn arbore toujours un look cartoon/BD mais avec une direction artistique inspirée et très colorée.

Battleborn-Gearbox-ps4-pc-xbo (6)

Vous l’aurez compris, je n’ai pas été déçu par le jeu, bien au contraire car cela a complètement dépassé mes attentes. C’est malin maintenant je suis tout hypé mais pas à cause d’un trailer mensonger, j’ai vraiment pu y jouer et le jeu est plus que prometteur ! J’ai hâte de mettre la main sur la beta.

Le dernier trailer de la Gamescom est excellent et montre bien les différents personnages et pouvoirs de manière fun, du Gearbox pur jus :

Infos en vrac :

Battleborn sort le 9 février 2016 sur PS4, Xbox One, et PC.

Battleborn-Gearbox-ps4-pc-xbo (4)

Battleborn peut intégrer jusqu’à 2 joueurs en écran spliité et peut se connecter en ligne avec d’autres écrans partagés ou avec des joueurs solo en ligne pour des parties jusqu’à 5 joueurs.

Battleborn-Gearbox-ps4-pc-xbo (2)

Battleborn-Gearbox-ps4-pc-xbo (1)

 

 

Juin 05

Test Borderlands: The Handsome Collection – part 2: Borderlands 2

Borderlands: The Handsome Collection_20150419184727

Après avoir découvert l’histoire d’Hyperion, le Beau Jack et l’ouverture de l’arche dans Borderlands The Pre-Sequel (test ici), voici la deuxième partie de mon test PS4 de Borderlands Handsome Collection : Borderlands 2 !

Borderlands: The Handsome Collection_20150521224124

J’ai vu récemment l’excellent Mad Max : Fury Road et je m’aperçois que l’univers de délirant de Borderlands 2 est assez proche de celui de Mad Max. Nous voici donc sur Pandore dans un monde remplis de tarés où tout le monde cherche à sauver sa peau. Leur point commun, ils ont tous besoin des services d’un chasseur de l’arche ! ^^

Borderlands: The Handsome Collection_20150523154656

Je l’ai dit dans le test précédent et je ne vais pas m’étendre dessus (et d’ailleurs les 2 jeux sont très proches avec les mêmes qualités et les mêmes défauts), les forces de Borderlands ce sont le système de jeu FPS-RPG ainsi que les armes hyper variées et parfois délirantes. ( dans un DLC inclus, une mission débloque un shotgun qui lance des épées qui explosent !!). En savoir plus »

Articles plus anciens «